title
stringlengths
1
233
text
stringlengths
1
425k
text_processed
stringlengths
0
403k
Tamara Piltsikova
Tamara Piltsikova (née en 1946 à Toula) est une coureuse cycliste soviétique, spécialiste de la piste. Biographie En 1974, elle remporte le championnat du monde de vitesse à Montréal. Palmarès sur piste Championnats du monde Montréal 1974 Championne du monde de vitesse Championnats d'URSS 20px Championne d'URSS du 500 mètres : 1968, 1969, 1973, 1974 et 1975 20px Championne d'URSS de poursuite par équipes : 1968, 1969, 1972, 1973, 1974, 1976 et 1977 Palmarès sur route 1973 20px Championne d'URSS sur route Liens externes Catégorie:Coureuse cycliste soviétique Catégorie:Coureuse cycliste sur piste Catégorie:Naissance en 1946 Catégorie:Championne du monde de cyclisme sur piste
tamara piltsikova née en à toula est une coureuse cycliste soviétique spécialiste de la pistebiographie en elle remporte le championnat du monde de vitesse à montréalpalmarès sur pistechampionnats du monde montréal championne du monde de vitessechampionnats d'urss px championne d'urss du mètres et px championne d'urss de poursuite par équipes et palmarès sur route px championne d'urss sur routeliens externes catégoriecoureuse cycliste soviétiquecatégoriecoureuse cycliste sur pistecatégorienaissance en catégoriechampionne du monde de cyclisme sur piste
Johann Georg Alberti
Johann Georg Alberti (né en 1644; mort en 1722) est un organiste et facteur d'orgue allemand originaire de Dortmund. Biographie Alberti, né à Hattingen, est issu d'une famille de facteurs d'orgue. Déjà son grand-père Peter Alberti († 1670), organiste à Hattingen, et son père Albertus Alberti (1614-1670) ont construit des orgues. Alors que son père est organiste à l'église Sankt-Reinold à Dortmund, il ouvre son atelier dans la ville, atelier que reprendra le fils à la mort de son père. Johann Georg Alberti construit différents orgues en Westphalie, entre autres à Witten (1696) et à Dortmund (Wellinghofen) où l'on conserve encore le contrat de 1709 qui prévoit la reconstruction (réussie) de l'orgue de Witten pour 320 thalers. Réalisations (sélection) Source Ingomar Kury: 1710 - 2010. Dreihundert Jahre Alberti-Orgel in der Alten Kirche Wellinghofen. Dortmund 2010 Source de la traduction Catégorie:Facteur d'orgue allemand Catégorie:Organiste classique allemand Catégorie:Naissance en 1644 Catégorie:Décès en 1722
johann georg alberti né en mort en est un organiste et facteur d'orgue allemand originaire de dortmundbiographie alberti né à hattingen est issu d'une famille de facteurs d'orgue déjà son grandpère peter alberti organiste à hattingen et son père albertus alberti ont construit des orgues alors que son père est organiste à l'église sanktreinold à dortmund il ouvre son atelier dans la ville atelier que reprendra le fils à la mort de son pèrejohann georg alberti construit différents orgues en westphalie entre autres à witten et à dortmund wellinghofen où l'on conserve encore le contrat de qui prévoit la reconstruction réussie de l'orgue de witten pour thalersréalisations sélectionsource ingomar kury dreihundert jahre albertiorgel in der alten kirche wellinghofen dortmund source de la traduction catégoriefacteur d'orgue allemandcatégorieorganiste classique allemandcatégorienaissance en catégoriedécès en
PRB
PRB est un sigle qui peut signifier : Parti républicain brésilien ; Parti régionaliste breton ; protéine du rétinoblastome en biochimie ; point de rassemblement des blessés en médecine militaire ; un code qui signifie « Désirez-vous communiquer avec ma station à l'aide du Code international de signaux? » (« PRB? ») ou « Je désire communiquer avec votre station à l'aide du Code international de signaux. » (« PRB») selon le code Q. en voile PRB, une série de cinq voiliers monocoques IMOCA sponsorisés par la société PRB (Produits de revêtements du bâtiment) : PRB 1 ; PRB 2 ; PRB 3 ; PRB 4 ; PRB 5.
prb est un sigle qui peut signifier parti républicain brésilien parti régionaliste breton protéine du rétinoblastome en biochimie point de rassemblement des blessés en médecine militaire un code qui signifie désirezvous communiquer avec ma station à l'aide du code international de signaux prb ou je désire communiquer avec votre station à l'aide du code international de signaux prb selon le code qen voile prb une série de cinq voiliers monocoques imoca sponsorisés par la société prb produits de revêtements du bâtiment prb prb prb prb prb
Paul Courbin
Paul Courbin (Lyon, -Paris, ) est un archéologue français. Biographie Il fait ses études à Lyon puis devient élève de l'École normale supérieure (1943). Agrégé de grammaire, il devient enseignant en Corse puis travaille comme assistant de Charles Picard à la Sorbonne. En 1949, il entre à l'École française d'Athènes avec Jean Deshayes et s'y voit confier la publication de l'Oikos des Naxiens de Délos. Il fouille à Gortys et, lors de la reprise des fouilles d'Argos, en 1952, consacre sa thèse à la céramique géométrique de l'Argolide. Nommé secrétaire général de l’École en 1954, il décide d'appliquer avec Bernard Philippe Groslier à Argos, les méthodes de fouille de Mortimer Wheeler (1955). Après avoir quitté en 1960 l’École française d'Athènes, il devient directeur d'étude et enseigne à la section de l’École pratique des hautes études. En 1967, il fonde le Bureau d'études des méthodes archéologiques et crée les chantiers d'écoles de Fontainebleau (1962-1963), Chartres (1967-1972) et Saint-Marcel-d'Ardèche (1973-1987), qu'il anime. Avec Groslier, il crée aussi au sein du CNRS un Centre de recherches archéologiques. De 1971 à 1984, il dirige les fouilles de en Syrie. Travaux Études archéologiques, 1963 La Céramique géométrique de l'Argolide, 1966 Le colosse naxien et le palmier de Nicias, in Études déliennes. Bulletin de correspondance hellénique, supplément , 1973, p. 157-172 Tombes géométriques d'Argos, 1974 , Prix Hercule-Catenacci de l'Académie française. André Leroi-Gourhan et la technique des fouilles, in Bulletin de la Société préhistorique française, , 1984, p. 328-334 Hommage Une rue d'Anglet porte son nom. Bibliographie P. Darcque, Paul Courbin et la méthode Wheeler, Bulletin de correspondance hellénique , 1996, p. 315-323 E Will, Nécrologie: Paul Courbin (1922-1994), in Syria , 1997, p. 221 (Lire en ligne) Ève Gran-Aymerich, Les chercheurs de passé, Éditions du CNRS, 2007, p. 726-727 Liens externes Catégorie:Archéologue français Catégorie:Naissance en novembre 1922 Catégorie:Naissance à Lyon Catégorie:Décès en mai 1994 Catégorie:Décès à Paris Catégorie:Décès à 71 ans
paul courbin lyon paris est un archéologue françaisbiographie il fait ses études à lyon puis devient élève de l'école normale supérieure agrégé de grammaire il devient enseignant en corse puis travaille comme assistant de charles picard à la sorbonneen il entre à l'école française d'athènes avec jean deshayes et s'y voit confier la publication de l'oikos des naxiens de délos il fouille à gortys et lors de la reprise des fouilles d'argos en consacre sa thèse à la céramique géométrique de l'argolidenommé secrétaire général de l'école en il décide d'appliquer avec bernard philippe groslier à argos les méthodes de fouille de mortimer wheeler après avoir quitté en l'école française d'athènes il devient directeur d'étude et enseigne à la section de l'école pratique des hautes études en il fonde le bureau d'études des méthodes archéologiques et crée les chantiers d'écoles de fontainebleau chartres et saintmarceld'ardèche qu'il anime avec groslier il crée aussi au sein du cnrs un centre de recherches archéologiquesde à il dirige les fouilles de en syrietravaux études archéologiques la céramique géométrique de l'argolide le colosse naxien et le palmier de nicias in études déliennes bulletin de correspondance hellénique supplément p tombes géométriques d'argos prix herculecatenacci de l'académie française andré leroigourhan et la technique des fouilles in bulletin de la société préhistorique française phommage une rue d'anglet porte son nombibliographie p darcque paul courbin et la méthode wheeler bulletin de correspondance hellénique p e will nécrologie paul courbin in syria p lire en ligne ève granaymerich les chercheurs de passé éditions du cnrs pliens externes catégoriearchéologue françaiscatégorienaissance en novembre catégorienaissance à lyoncatégoriedécès en mai catégoriedécès à pariscatégoriedécès à ans
Léon Pervinquière
Léon Pervinquière, né le à La Roche-sur-Yon en Vendée et décédé le dans sa ville natale, est un géologue et paléontologue français. Il est chef des travaux pratiques de géologie et chargé de conférences à l'Université de Paris. Ses publications abordent également la géographie. L'ammonite Fagesia pervinquieri lui est dédiée. Publications Notes et références Bibliographie Liens externes Catégorie:Géologue français Catégorie:Paléontologue français Catégorie:Géographe français Catégorie:Naissance en août 1873 Catégorie:Naissance à La Roche-sur-Yon Catégorie:Décès en mai 1913 Catégorie:Décès à La Roche-sur-Yon Catégorie:Décès à 39 ans
léon pervinquière né le à la rochesuryon en vendée et décédé le dans sa ville natale est un géologue et paléontologue français il est chef des travaux pratiques de géologie et chargé de conférences à l'université de paris ses publications abordent également la géographiel'ammonite fagesia pervinquieri lui est dédiéepublicationsnotes et référencesbibliographieliens externes catégoriegéologue françaiscatégoriepaléontologue françaiscatégoriegéographe françaiscatégorienaissance en août catégorienaissance à la rochesuryoncatégoriedécès en mai catégoriedécès à la rochesuryoncatégoriedécès à ans
Future for Religious Heritage
Future for Religious Heritage (FRH) est une Association sans but lucratif du patrimoine non-confessionnelle qui compte des membres dans toute l'Europe. FRH est membre de l'European Heritage Alliance 3.3, une plate-forme européenne de défense du patrimoine. Objectif Lancé en 2009 en tant que mouvement local par des professionnels du secteur culturel, Future for Religious Heritage a vu le jour en 2011 en tant que réseau d’échelle européenne dédié à la protection du patrimoine religieux. FRH veut souligner la prééminence du patrimoine religieux dans le patrimoine culturel de l’Europe et encourager l’Union Européenne à développer une politique positive pour son soutien. Membres Parmi ses membres figurent des fondations comme la Fondation pour la Sauvegarde de l'Art Français, l'Observatoire du patrimoine religieux, ainsi que des universités, des gouvernements et des diocèses. Activités FRH promeut la défense du patrimoine religieux auprès des institutions européennes, tout en travaillant avec ses membres au développement de projets transfrontaliers. Ces projets visent à exploiter pleinement le potentiel de ce patrimoine sous ses différents aspects: Valeur culturelle Les édifices sacrés, leur contenu et leur histoire constituent la plus grande partie du patrimoine historique européen. Potentiel social Les édifices religieux unissent les communautés entre elles par le biais d'activités de culte ou non cultuelles. Ce sont souvent les seuls bâtiments publics restant. Potentiel économique Les lieux de culte sont des lieux touristiques. Les bâtiments religieux représentent cinq des dix sites les plus visités en Europe et apportent ainsi une contribution majeure aux économies nationales. Potentiel environnemental Leur présence physique marque le paysage urbain et rural. Références Nederlands Dagblad, "Kerkgebouwen sleutel Europese identiteit", 5 juin 2014, http://www.frh-europe.org/wp-content/uploads/2014/06/NDagblad-artikel-Churches-Key-for-European-Identity. pdf SIR Europa, "Chiesa da custodire", Nb. 78 (2134) - 15 novembre 2013, http://www.agenziasir.it/pls/sir/v4_s2doc_b2.europa?tema=Sir+Europa+italiano&argomento=dettaglio&id_oggetto=274493 Reformatorisch Dagblad, "Veel Europeanen zien belang religieus erfgoed erfgoed in", 3 juin 2014, http://www.refdag.nl/kerkplein/kerknieuws/veel_europeanen_zien_belang_religieus_erfgoed_in_1_832151 Vårt Land, "Gudshus forsvinner i raskt tempo", 17 décembre 2012, http://www.frh-europe.org/wp-content/uploads/2012/11/2012-12-17-Gudshus-forsvinner-i-raskt -tempo.pdf Gestion durable des églises rurales historiques, "L'Europe cherche une nouvelle action pour sauvegarder le patrimoine religieux", Ann Vainlo, 25 novembre 2011, http://smcproject.org.ee/europe-seeks-new-action-to-save-relidential-heritage / KA Norway, «Association pour la promotion de la religion», 22 novembre 2012, http://www.ka.no/sak/article/131828 Liens externes Site officiel http://www.frh-europe.org/ Catégorie:Organisation de protection du patrimoine
future for religious heritage frh est une association sans but lucratif du patrimoine nonconfessionnelle qui compte des membres dans toute l'europe frh est membre de l'european heritage alliance une plateforme européenne de défense du patrimoineobjectif lancé en en tant que mouvement local par des professionnels du secteur culturel future for religious heritage a vu le jour en en tant que réseau d'échelle européenne dédié à la protection du patrimoine religieux frh veut souligner la prééminence du patrimoine religieux dans le patrimoine culturel de l'europe et encourager l'union européenne à développer une politique positive pour son soutienmembres parmi ses membres figurent des fondations comme la fondation pour la sauvegarde de l'art français l'observatoire du patrimoine religieux ainsi que des universités des gouvernements et des diocèsesactivités frh promeut la défense du patrimoine religieux auprès des institutions européennes tout en travaillant avec ses membres au développement de projets transfrontaliersces projets visent à exploiter pleinement le potentiel de ce patrimoine sous ses différents aspects valeur culturelleles édifices sacrés leur contenu et leur histoire constituent la plus grande partie du patrimoine historique européen potentiel socialles édifices religieux unissent les communautés entre elles par le biais d'activités de culte ou non cultuelles ce sont souvent les seuls bâtiments publics restant potentiel économiqueles lieux de culte sont des lieux touristiques les bâtiments religieux représentent cinq des dix sites les plus visités en europe et apportent ainsi une contribution majeure aux économies nationales potentiel environnementalleur présence physique marque le paysage urbain et ruralréférences nederlands dagblad kerkgebouwen sleutel europese identiteit juin httpwwwfrheuropeorgwpcontentuploadsndagbladartikelchurcheskeyforeuropeanidentity pdf sir europa chiesa da custodire nb novembre httpwwwagenziasiritplssirvsdocbeuropatemasireuropaitalianoargomentodettaglioidoggetto reformatorisch dagblad veel europeanen zien belang religieus erfgoed erfgoed in juin httpwwwrefdagnlkerkpleinkerknieuwsveeleuropeanenzienbelangreligieuserfgoedin vrt land gudshus forsvinner i raskt tempo décembre httpwwwfrheuropeorgwpcontentuploadsgudshusforsvinneriraskt tempopdf gestion durable des églises rurales historiques l'europe cherche une nouvelle action pour sauvegarder le patrimoine religieux ann vainlo novembre httpsmcprojectorgeeeuropeseeksnewactiontosaverelidentialheritage ka norway association pour la promotion de la religion novembre httpwwwkanosakarticleliens externes site officiel httpwwwfrheuropeorg catégorieorganisation de protection du patrimoine
LGV Rhône-Alpes
La LGV Rhône-Alpes, ou ligne nouvelle 4 (LN4), est une ligne à grande vitesse affectée au transport de voyageurs de de long, située en Rhône-Alpes en prolongement vers le sud de la LGV Sud-Est. Cette LGV, mise en service en 1994, assure le contournement de l'agglomération lyonnaise par l'est, et dessert au passage la gare de Satolas rebaptisée par la suite Gare de Lyon-Saint-Exupéry TGV. Elle se poursuit au-delà de Valence par la LGV Méditerranée. Elle a été construite en deux sections nord et sud, conçues respectivement pour une vitesse maximum de 300 et . La première section fut ouverte en 1992 à l'occasion des Jeux olympiques d'hiver d'Albertville. La LGV Rhône-Alpes est elle-même la deuxième section de la ligne d'infrastructure du réseau ferré national (dénommée Ligne de Combs-la-Ville à Saint-Louis (LGV)) ; elle est précédée par la LGV Sud-Est et suivie par la LGV Méditerranée. Histoire Chronologie : déclaration d'utilité publique ; : mise en service de la première section de entre Montanay et Saint-Quentin-Fallavier ; : mise en service de la seconde section de entre Saint-Quentin-Fallavier et Saint-Marcel-lès-Valence et inauguration de la gare de Lyon-Saint-Exupéry TGV ; : inauguration de la LGV Méditerranée, prolongement de la LGV Rhône-Alpes vers le sud. Cent quinze kilomètres pour éviter Lyon L'indéniable succès rencontré par la LGV Sud-Est, au départ essentiellement conçue pour la relation entre Paris et Lyon, a rapidement amené la SNCF a étoffer la desserte. Car les rames orange, profitant de la compatibilité totale avec les lignes électrifiées classiques, peuvent poursuivre leur route sur celles-ci. Elles desservent ainsi, depuis Lyon-Part-Dieu, Saint-Étienne, Grenoble, et la vallée du Rhône jusqu'à Montpellier et Marseille, mais aussi la Savoie grâce au raccordement établi à Pont-de-Veyle avec la ligne de Mâcon à Ambérieu. À la fin des années 1980, ce trafic représente la moitié des vingt millions de passagers enregistrés sur la LGV Sud-Est. L'ouverture du tunnel sous la Manche et l'interconnexion des lignes à grande vitesse en Île-de-France ne peut qu'augmenter encore le trafic, et par conséquent la saturation croissante du carrefour ferroviaire lyonnais, notamment avec l'explosion du trafic TER. À l'horizon 1994, les experts tablent sur un trafic de 14,5 millions de voyageurs en direction de la Savoie, de Grenoble et de la Méditerranée. Mais la saturation rapide du nœud ferroviaire lyonnais, et la géographie tourmentée de la vallée du Rhône en aval de Lyon qui limite les performances de la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles amènent à concevoir le prolongement rapide de la LGV en direction du sud. De plus, l'organisation des jeux olympiques d'hiver de 1992 à Albertville ne peut qu'accélérer la construction de ce prolongement. Si la direction globale de la ligne en direction du sud paraît évidente, le contournement de l'agglomération lyonnaise par l'est ou par l'ouest crée débat. Mais la géographie difficile des Monts du Lyonnais à l'ouest, et la desserte accélérée de Grenoble, et de la Savoie grâce à la rénovation de la ligne de Saint-André-le-Gaz à Chambéry, font rapidement pencher pour un contournement par l'est. Le passage de la ligne à proximité de l'aéroport de Satolas, actuel aéroport Lyon-Saint-Exupéry à l'est de Lyon, semble de plus un élément favorable, avec une intégration multimodale train/avion. En , le Conseil général des ponts et chaussées se prononce en faveur du TGV au sud de Lyon. En août de la même année, Philippe Essig, président de la SNCF, présente le dossier du prolongement de la LGV Sud-Est jusqu'à Valence au ministre délégué chargé des transports. Le choix du tracé au nord-est de Lyon, à la limite des départements de l'Ain et du Rhône, provoque un débat parfois passionné. En plus des quatre variantes proposées par la SNCF (A, B, C et D), six autres sont ajoutées par les élus locaux et les associations lors de la concertation. Chaque demande étant en contradiction avec les autres, le dossier devient vite inextricable, surtout au vu de la forte divergence de point de vue entre les deux départements, l'Ain ne voyant aucun avantage à cette ligne qui traverse son territoire sans desservir la moindre ville du département. Le gouvernement demande alors à la commission de mettre le tout à plat et de rendre un avis circonstancié, afin que le contournement soit prêt pour les Jeux olympiques d'Albertville en 1992. La commission retient la variante dite « E », tracé de compromis qui semble acceptable pour tous et présente le moins d'inconvénients. Il a le double avantage d'avoir un impact plus limité sur l'habitat et les terres agricoles et d'être le moins coûteux. La commission demande en outre la désignation d'un responsable unique de la SNCF, afin d'assurer la concertation avec les élus locaux et le grand public. Le responsable désigné est celui qui s'était chargé du secteur difficile de Vouvray quelques années auparavant sur la LGV Atlantique. Au sud, deux possibilités s'offrent pour raccorder la LGV à la ligne classique : soit un raccordement à Tain-l'Hermitage au nord de Valence sur l'axe Lyon - Marseille, soit un raccordement à Saint-Marcel-lès-Valence, sur la ligne de Valence à Grenoble, au nord-est de la ville. C'est cette dernière solution qui est choisie, car elle permet un prolongement ultérieur plus facile de la LGV Rhône-Alpes vers le sud, future LGV Méditerranée, et l'autre option ayant le fort inconvénient d'empiéter sur un vignoble classé de la vallée du Rhône. Le tracé est soumis à la procédure de déclaration d'utilité publique fin 1988. Après consultation des diverses administrations dans le cadre de l'instruction mixte à l'échelon central, la DUP est signée le par le premier ministre, Michel Rocard. Les dates de mise en service sont définitivement arrêtées : début 1992, pour le tronçon Satolas - Saint-Quentin-Fallavier, sur la ligne de Lyon-Perrache à Marseille-Saint-Charles (via Grenoble), pour assurer la desserte des sites olympiques à partir de l'aéroport ; fin 1992, pour le contournement complet de Lyon, de la bifurcation de Montanay, sur la LGV Sud-Est, et l'aéroport de Satolas ; été 1994, pour le tronçon restant de soixante dix-huit kilomètres, entre Saint-Quentin-Fallavier et Saint-Marcel-lès-Valence. Les travaux Les travaux sont réalisés sous la responsabilité de la région SNCF de Lyon, et supervisés par son directeur adjoint Bernard Schaer. Le suivi est confié à deux subdivisions territoriales, au nord et au sud. Les travaux de terrassement du court premier tronçon de l'aéroport de Satolas à la ligne de Grenoble sont achevés début 1991, la pose des voies et des équipements, puis les essais en ligne, sont réalisés durant l'année. Le deuxième tronçon, au nord, est mis en chantier au dernier trimestre 1989 et se révèle plus difficile que le précédent, avec la construction d'un imposant viaduc permettant de franchir le Rhône, une route nationale et une autoroute, le viaduc de la Côtière, et de deux tunnels au débouché du plateau de la Dombes. L'ensemble des travaux est réalisé en vingt-trois mois. Le , la SNCF met en service le premier tronçon de la LGV Rhône-Alpes, long de quarante kilomètres, de la bifurcation de Montanay au nord à la bifurcation de Saint-Quentin-Fallavier (ou bifurcations de Grenay) au sud. Ce tronçon permet de réduire de vingt minutes les trajets en direction de Grenoble et de la Savoie. La voie est posée durant le troisième trimestre 1993 sur le troisième tronçon, au sud en direction de Valence. Les vingt-trois premiers kilomètres sont mis sous tension le , pour réaliser des essais en ligne. Le , l'intégralité de la ligne est sous tension. À partir du 17, la rame TGV Réseau peut réaliser ses premiers essais en ligne jusqu'à la vitesse de . La LGV Rhône-Alpes est mise en service le , ce qui permet de réduire de trente minutes supplémentaires les parcours entre le nord de la France et les rives de la Méditerranée ; Marseille ne se trouve alors plus qu'à 4 h 10 de Paris. La gare de l'aéroport de Satolas est ouverte à la même date, avec le tronçon sud de la ligne. Financement La ligne a été majoritairement financée sur fonds propres par la SNCF. Le taux de rentabilité interne, qui était estimé à 15,4 % lors de la planification de la ligne, a été réévalué à 10,6 % en 2006 ; le seuil de rentabilité étant fixé à 8 %. Le tracé La LGV traverse quatre départements, soit du nord au sud : l'Ain, le Rhône, l'Isère et la Drôme. Le tracé de la ligne nouvelle représente une longueur totale de , dont de Montanay à Saint-Quentin-Fallavier et de ce point à Valence. La LGV croise à Saint-Quentin-Fallavier la ligne de Lyon-Perrache à Marseille-Saint-Charles (via Grenoble). Un ensemble de voies de raccordement permet : l'accès à la LGV vers le sud pour les TGV venant de Lyon par la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles, et en sens inverse leur sortie ; la poursuite des TGV venant du nord vers Grenoble par la ligne classique et inversement. Caractéristiques de la ligne La LGV occupe une surface de 1218 hectares (à titre de comparaison l'aéroport Saint-Exupéry occupe la même surface). Elle a été conçue, de même que la LGV Sud-Est, pour une vitesse nominale de , avec sur le tracé en plan des courbes d'un rayon minimal de 4000 m et un entraxe des voies égal à . La seconde section est apte à . Les déclivités atteignent au maximum 35 pour mille. Un poste de commande appelé CCT (commande centralisée des trains) permet de suivre en permanence la circulation des trains sur l'ensemble de la LGV et de télécommander les installations de sécurité. Il est situé à Lyon, dans un bâtiment SNCF près de la gare de Perrache. Ouvrages d’art La LGV Rhône-Alpes compte dix viaducs d'une longueur cumulée de et quatre tunnels d'une longueur cumulée de , successivement du nord au sud, de la Dombes, de la Côtière, de Meyssiez et de la Galaure. Les plus importants viaducs sont ceux de la Côtière, qui permet à la ligne de franchir la route nationale 84, la ligne de Lyon-Perrache à Genève (frontière), la rivière Sereine et l'autoroute A 42, et celui de Savas-Mépin. Desserte Tronçon intermédiaire de la ligne de Combs-la-Ville à Saint-Louis (LGV), dont la partie nord contourne Lyon par l'est, cette ligne relie Paris à Valence, ainsi qu'aux régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et Languedoc-Roussillon (cette dernière ayant été intégrée à l'Occitanie). Des TGV intersecteurs l'empruntent aussi, pour relier d'un côté : Marseille via Avignon, Montpellier via Nîmes, Barcelone et Toulouse ; et de l'autre : Lyon, Lille, Bruxelles, Nantes, Rennes, Le Havre, Genève (TGV Lyria), Dijon, Mulhouse, Strasbourg, Metz, Francfort-sur-le-Main et Luxembourg (listes non exhaustives). Certains TGV radiaux desservent la gare de Lyon-Saint-Exupéry TGV. Ces trains relient Paris à l'artère classique Lyon – Marseille (pour atteindre Miramas via Avignon-Centre), mais également Grenoble, la Savoie, Turin et Milan ; s'ajoutent les Ouigo, reliant Marne-la-Vallée à Marseille et Montpellier. Temps de parcours La réalisation de la LGV Rhône-Alpes a permis l'amélioration des temps de parcours vers l'Est et le Sud respectivement de 20 et 30 minutes environ : | * avec 1 correspondance | ** avec 2 correspondances | *** avec 3 correspondances Équipement Électrification La ligne a été électrifiée, comme les autres LGV, en courant alternatif , à une fréquence de . Signalisation La ligne compte quatre postes d'aiguillage type PRS entre Montanay et Grenay et trois postes d'aiguillage locaux de type PRCI au-delà. La ligne est équipée des circuits de voie à haute fréquence et de la transmission voie-machine (TVM), comme les autres LGV françaises. La ligne est équipée de la TVM 300 sur son tronçon nord. La dernière version (TVM 430) plus performante de ce système est installée au sud de la bifurcation de St-Quentin-Fallavier. Ce découpage permettait d'assurer les liaisons Paris - Grenoble avec des rames encore uniquement équipées de la TVM 300. Régulation La régulation de la LGV Rhône-Alpes n'est pas assurée par un PAR comme les autres lignes à grande vitesse, mais est gérée par la commande centralisée des trains de Lyon (CCT). Une nouvelle gare La LGV comporte une seule gare nouvelle de passage : la gare de Lyon-Saint-Exupéry TGV, située dans la commune de Colombier-Saugnieu. Cette gare, à l'architecture audacieuse, est l'œuvre de l'architecte catalan Santiago Calatrava. Elle dessert l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry. La gare est inaugurée le par le premier ministre Édouard Balladur. Cette réalisation est vantée par les responsables de l'aéroport comme la première plate-forme intermodale au monde. Toutefois, cinq ans après l'ouverture de la gare, la connexion train-avion reste marginale : peu de trains s'y arrêtent, et seuls une cinquantaine de voyageurs en moyenne réalisent une correspondance entre TGV et avion. En 2006, le nombre de voyageurs quotidiens atteint 1099 en moyenne (ce nombre correspond à environ 6 % du nombre de passagers partant de- ou arrivant à l'aéroport en avion), mais seulement une centaine d'eux (9 %) sont des voyageurs intermodaux. Des élus et des journalistes ont en conséquence dénoncé un gaspillage d'argent public. Le montant des travaux de la gare est de 880 millions de francs, financés à : 46 % par la Région ; 26 % par la SNCF ; 24 % par le Conseil Général ; 4 % par la Chambre de Commerce. Travaux complémentaires Outre la construction de la ligne nouvelle, le projet comprend une opération complémentaire indispensable sur le réseau classique. Afin de permettre aux rames TGV de rejoindre la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles, le court tronçon entre Valence et Saint-Marcel-lès-Valence de la ligne de Valence à Moirans est modernisé. Le block automatique lumineux y est installé avec introduction d'installations permanentes de contre-sens (IPCS), la vitesse limite est relevée à 140/, et le tronçon est électrifié en 25 kV, avec une section de séparation 1,5 kV un kilomètre environ après la bifurcation de Valence. L'ensemble des bifurcations au nord de Valence ainsi que celle de Saint-Marcel vers la ligne nouvelle est télécommandé depuis un nouveau PRCI installé à Valence. Notes et références Bibliographie Claude Soulié, Jean Tricoire, Le grand livre du TGV, éd. La Vie du Rail, 2002, 350 pages. Voir aussi Article connexe TGV Réseau Liens externes La LGV Rhône-Alpes sur Structurae RFF - Bilan LOTI de la LGV Rhône-Alpes ( 1,9 Mo) * Rhône-Alpes
la lgv rhônealpes ou ligne nouvelle ln est une ligne à grande vitesse affectée au transport de voyageurs de de long située en rhônealpes en prolongement vers le sud de la lgv sudest cette lgv mise en service en assure le contournement de l'agglomération lyonnaise par l'est et dessert au passage la gare de satolas rebaptisée par la suite gare de lyonsaintexupéry tgv elle se poursuit audelà de valence par la lgv méditerranéeelle a été construite en deux sections nord et sud conçues respectivement pour une vitesse maximum de et la première section fut ouverte en à l'occasion des jeux olympiques d'hiver d'albertvillela lgv rhônealpes est ellemême la deuxième section de la ligne d'infrastructure du réseau ferré national dénommée ligne de combslaville à saintlouis lgv elle est précédée par la lgv sudest et suivie par la lgv méditerranéehistoirechronologie déclaration d'utilité publique mise en service de la première section de entre montanay et saintquentinfallavier mise en service de la seconde section de entre saintquentinfallavier et saintmarcellèsvalence et inauguration de la gare de lyonsaintexupéry tgv inauguration de la lgv méditerranée prolongement de la lgv rhônealpes vers le sudcent quinze kilomètres pour éviter lyon l'indéniable succès rencontré par la lgv sudest au départ essentiellement conçue pour la relation entre paris et lyon a rapidement amené la sncf a étoffer la desserte car les rames orange profitant de la compatibilité totale avec les lignes électrifiées classiques peuvent poursuivre leur route sur cellesci elles desservent ainsi depuis lyonpartdieu saintétienne grenoble et la vallée du rhône jusqu'à montpellier et marseille mais aussi la savoie grâce au raccordement établi à pontdeveyle avec la ligne de mâcon à ambérieu à la fin des années ce trafic représente la moitié des vingt millions de passagers enregistrés sur la lgv sudest l'ouverture du tunnel sous la manche et l'interconnexion des lignes à grande vitesse en îledefrance ne peut qu'augmenter encore le trafic et par conséquent la saturation croissante du carrefour ferroviaire lyonnais notamment avec l'explosion du trafic ter à l'horizon les experts tablent sur un trafic de millions de voyageurs en direction de la savoie de grenoble et de la méditerranée mais la saturation rapide du nud ferroviaire lyonnais et la géographie tourmentée de la vallée du rhône en aval de lyon qui limite les performances de la ligne de parislyon à marseillesaintcharles amènent à concevoir le prolongement rapide de la lgv en direction du sud de plus l'organisation des jeux olympiques d'hiver de à albertville ne peut qu'accélérer la construction de ce prolongementsi la direction globale de la ligne en direction du sud paraît évidente le contournement de l'agglomération lyonnaise par l'est ou par l'ouest crée débat mais la géographie difficile des monts du lyonnais à l'ouest et la desserte accélérée de grenoble et de la savoie grâce à la rénovation de la ligne de saintandrélegaz à chambéry font rapidement pencher pour un contournement par l'est le passage de la ligne à proximité de l'aéroport de satolas actuel aéroport lyonsaintexupéry à l'est de lyon semble de plus un élément favorable avec une intégration multimodale trainavionen le conseil général des ponts et chaussées se prononce en faveur du tgv au sud de lyon en août de la même année philippe essig président de la sncf présente le dossier du prolongement de la lgv sudest jusqu'à valence au ministre délégué chargé des transportsle choix du tracé au nordest de lyon à la limite des départements de l'ain et du rhône provoque un débat parfois passionné en plus des quatre variantes proposées par la sncf a b c et d six autres sont ajoutées par les élus locaux et les associations lors de la concertation chaque demande étant en contradiction avec les autres le dossier devient vite inextricable surtout au vu de la forte divergence de point de vue entre les deux départements l'ain ne voyant aucun avantage à cette ligne qui traverse son territoire sans desservir la moindre ville du département le gouvernement demande alors à la commission de mettre le tout à plat et de rendre un avis circonstancié afin que le contournement soit prêt pour les jeux olympiques d'albertville en la commission retient la variante dite e tracé de compromis qui semble acceptable pour tous et présente le moins d'inconvénients il a le double avantage d'avoir un impact plus limité sur l'habitat et les terres agricoles et d'être le moins coûteux la commission demande en outre la désignation d'un responsable unique de la sncf afin d'assurer la concertation avec les élus locaux et le grand public le responsable désigné est celui qui s'était chargé du secteur difficile de vouvray quelques années auparavant sur la lgv atlantiqueau sud deux possibilités s'offrent pour raccorder la lgv à la ligne classique soit un raccordement à tainl'hermitage au nord de valence sur l'axe lyon marseille soit un raccordement à saintmarcellèsvalence sur la ligne de valence à grenoble au nordest de la ville c'est cette dernière solution qui est choisie car elle permet un prolongement ultérieur plus facile de la lgv rhônealpes vers le sud future lgv méditerranée et l'autre option ayant le fort inconvénient d'empiéter sur un vignoble classé de la vallée du rhône le tracé est soumis à la procédure de déclaration d'utilité publique fin après consultation des diverses administrations dans le cadre de l'instruction mixte à l'échelon central la dup est signée le par le premier ministre michel rocardles dates de mise en service sont définitivement arrêtées début pour le tronçon satolas saintquentinfallavier sur la ligne de lyonperrache à marseillesaintcharles via grenoble pour assurer la desserte des sites olympiques à partir de l'aéroport fin pour le contournement complet de lyon de la bifurcation de montanay sur la lgv sudest et l'aéroport de satolas été pour le tronçon restant de soixante dixhuit kilomètres entre saintquentinfallavier et saintmarcellèsvalenceles travaux les travaux sont réalisés sous la responsabilité de la région sncf de lyon et supervisés par son directeur adjoint bernard schaer le suivi est confié à deux subdivisions territoriales au nord et au sudles travaux de terrassement du court premier tronçon de l'aéroport de satolas à la ligne de grenoble sont achevés début la pose des voies et des équipements puis les essais en ligne sont réalisés durant l'année le deuxième tronçon au nord est mis en chantier au dernier trimestre et se révèle plus difficile que le précédent avec la construction d'un imposant viaduc permettant de franchir le rhône une route nationale et une autoroute le viaduc de la côtière et de deux tunnels au débouché du plateau de la dombes l'ensemble des travaux est réalisé en vingttrois mois le la sncf met en service le premier tronçon de la lgv rhônealpes long de quarante kilomètres de la bifurcation de montanay au nord à la bifurcation de saintquentinfallavier ou bifurcations de grenay au sud ce tronçon permet de réduire de vingt minutes les trajets en direction de grenoble et de la savoiela voie est posée durant le troisième trimestre sur le troisième tronçon au sud en direction de valence les vingttrois premiers kilomètres sont mis sous tension le pour réaliser des essais en ligne le l'intégralité de la ligne est sous tension à partir du la rame tgv réseau peut réaliser ses premiers essais en ligne jusqu'à la vitesse de la lgv rhônealpes est mise en service le ce qui permet de réduire de trente minutes supplémentaires les parcours entre le nord de la france et les rives de la méditerranée marseille ne se trouve alors plus qu'à h de paris la gare de l'aéroport de satolas est ouverte à la même date avec le tronçon sud de la lignefinancement la ligne a été majoritairement financée sur fonds propres par la sncfle taux de rentabilité interne qui était estimé à lors de la planification de la ligne a été réévalué à en le seuil de rentabilité étant fixé à le tracé la lgv traverse quatre départements soit du nord au sud l'ain le rhône l'isère et la drômele tracé de la ligne nouvelle représente une longueur totale de dont de montanay à saintquentinfallavier et de ce point à valencela lgv croise à saintquentinfallavier la ligne de lyonperrache à marseillesaintcharles via grenoble un ensemble de voies de raccordement permet l'accès à la lgv vers le sud pour les tgv venant de lyon par la ligne de parislyon à marseillesaintcharles et en sens inverse leur sortie la poursuite des tgv venant du nord vers grenoble par la ligne classique et inversementcaractéristiques de la ligne la lgv occupe une surface de hectares à titre de comparaison l'aéroport saintexupéry occupe la même surfaceelle a été conçue de même que la lgv sudest pour une vitesse nominale de avec sur le tracé en plan des courbes d'un rayon minimal de m et un entraxe des voies égal à la seconde section est apte à les déclivités atteignent au maximum pour milleun poste de commande appelé cct commande centralisée des trains permet de suivre en permanence la circulation des trains sur l'ensemble de la lgv et de télécommander les installations de sécurité il est situé à lyon dans un bâtiment sncf près de la gare de perracheouvrages d'art la lgv rhônealpes compte dix viaducs d'une longueur cumulée de et quatre tunnels d'une longueur cumulée de successivement du nord au sud de la dombes de la côtière de meyssiez et de la galaure les plus importants viaducs sont ceux de la côtière qui permet à la ligne de franchir la route nationale la ligne de lyonperrache à genève frontière la rivière sereine et l'autoroute a et celui de savasmépindesserte tronçon intermédiaire de la ligne de combslaville à saintlouis lgv dont la partie nord contourne lyon par l'est cette ligne relie paris à valence ainsi qu'aux régions provencealpescôte d'azur et languedocroussillon cette dernière ayant été intégrée à l'occitanie des tgv intersecteurs l'empruntent aussi pour relier d'un côté marseille via avignon montpellier via nîmes barcelone et toulouse et de l'autre lyon lille bruxelles nantes rennes le havre genève tgv lyria dijon mulhouse strasbourg metz francfortsurlemain et luxembourg listes non exhaustivescertains tgv radiaux desservent la gare de lyonsaintexupéry tgv ces trains relient paris à l'artère classique lyon marseille pour atteindre miramas via avignoncentre mais également grenoble la savoie turin et milan s'ajoutent les ouigo reliant marnelavallée à marseille et montpelliertemps de parcours la réalisation de la lgv rhônealpes a permis l'amélioration des temps de parcours vers l'est et le sud respectivement de et minutes environ avec correspondance avec correspondances avec correspondanceséquipementélectrification la ligne a été électrifiée comme les autres lgv en courant alternatif à une fréquence de signalisation la ligne compte quatre postes d'aiguillage type prs entre montanay et grenay et trois postes d'aiguillage locaux de type prci audelà la ligne est équipée des circuits de voie à haute fréquence et de la transmission voiemachine tvm comme les autres lgv françaises la ligne est équipée de la tvm sur son tronçon nord la dernière version tvm plus performante de ce système est installée au sud de la bifurcation de stquentinfallavier ce découpage permettait d'assurer les liaisons paris grenoble avec des rames encore uniquement équipées de la tvm régulation la régulation de la lgv rhônealpes n'est pas assurée par un par comme les autres lignes à grande vitesse mais est gérée par la commande centralisée des trains de lyon cctune nouvelle gare la lgv comporte une seule gare nouvelle de passage la gare de lyonsaintexupéry tgv située dans la commune de colombiersaugnieucette gare à l'architecture audacieuse est l'uvre de l'architecte catalan santiago calatrava elle dessert l'aéroport de lyonsaintexupéryla gare est inaugurée le par le premier ministre édouard balladur cette réalisation est vantée par les responsables de l'aéroport comme la première plateforme intermodale au monde toutefois cinq ans après l'ouverture de la gare la connexion trainavion reste marginale peu de trains s'y arrêtent et seuls une cinquantaine de voyageurs en moyenne réalisent une correspondance entre tgv et avion en le nombre de voyageurs quotidiens atteint en moyenne ce nombre correspond à environ du nombre de passagers partant de ou arrivant à l'aéroport en avion mais seulement une centaine d'eux sont des voyageurs intermodaux des élus et des journalistes ont en conséquence dénoncé un gaspillage d'argent publicle montant des travaux de la gare est de millions de francs financés à par la région par la sncf par le conseil général par la chambre de commercetravaux complémentaires outre la construction de la ligne nouvelle le projet comprend une opération complémentaire indispensable sur le réseau classique afin de permettre aux rames tgv de rejoindre la ligne de parislyon à marseillesaintcharles le court tronçon entre valence et saintmarcellèsvalence de la ligne de valence à moirans est modernisé le block automatique lumineux y est installé avec introduction d'installations permanentes de contresens ipcs la vitesse limite est relevée à et le tronçon est électrifié en kv avec une section de séparation kv un kilomètre environ après la bifurcation de valence l'ensemble des bifurcations au nord de valence ainsi que celle de saintmarcel vers la ligne nouvelle est télécommandé depuis un nouveau prci installé à valencenotes et référencesbibliographie claude soulié jean tricoire le grand livre du tgv éd la vie du rail pagesvoir aussiarticle connexe tgv réseauliens externes la lgv rhônealpes sur structurae rff bilan loti de la lgv rhônealpes morhônealpes
Brofjorden
Brofjorden est un fjord situé dans la municipalité de Lysekil en Suède. C'est aussi un port, le plus important en Suède pour le pétrole. thumb|upright=2|center|Panorama de Brofjorden vignette|upright=2|centre|Falaises Krigsgiljan dans le Brofjorden vers Loddebo. Août 2017. Liens externes Cartes et photos archéologiques de Brofjorden Catégorie:Fjord en Suède
brofjorden est un fjord situé dans la municipalité de lysekil en suède c'est aussi un port le plus important en suède pour le pétrolethumbuprightcenterpanorama de brofjordenvignetteuprightcentrefalaises krigsgiljan dans le brofjorden vers loddebo août liens externes cartes et photos archéologiques de brofjorden catégoriefjord en suède
Ilaria Debertolis
Ilaria Debertolis (née le à Feltre, en Vénétie) est une fondeuse italienne. Biographie Palmarès Jeux olympiques Légende : : pas d'épreuve — : Non disputée par la skieuse Championnats du monde Légende : : pas d'épreuve — : Épreuve non disputée par Debertolis Coupe du monde Meilleur classement général : en 2015. Notes et références Liens externes Catégorie:Naissance à Feltre Catégorie:Personnalité italienne du XXIe siècle Catégorie:Fondeuse italienne Catégorie:Fondeuse aux Jeux olympiques d'hiver de 2014 Catégorie:Naissance en septembre 1989 Catégorie:Fondeuse aux Jeux olympiques d'hiver de 2018
ilaria debertolis née le à feltre en vénétie est une fondeuse italiennebiographiepalmarèsjeux olympiques légende pas d'épreuve non disputée par la skieusechampionnats du monde légende pas d'épreuve épreuve non disputée par debertoliscoupe du monde meilleur classement général en notes et référencesliens externes catégorienaissance à feltrecatégoriepersonnalité italienne du xxie sièclecatégoriefondeuse italiennecatégoriefondeuse aux jeux olympiques d'hiver de catégorienaissance en septembre catégoriefondeuse aux jeux olympiques d'hiver de
Championnat de France de baseball Nationale 2 2008
Le Championnat de France de baseball Nationale 2 2008 rassemblent 24 équipes qui s'affrontent pour accéder à la Nationale 1. Ces équipes représentent les meilleurs clubs issus des compétitions régionales. La compétition est relevée et son issue épique, puisque tous les clubs favoris sont tombés les uns après les autres. Finalement ce sont les Indians de Boé-Bon-Encontre qui succèdent aux Devils de Bron Saint-Priest et remportent le titre, se qualifiant en Nationale 1 en compagnie du finaliste, les Vipères de Valenciennes. Format Pour cette édition 2008 de la Nationale 2, Les équipes sont réparties en 4 poules géographiques de 6 équipes. Chaque équipe affrontent les autres de sa poule (en programme double, c'est-à-dire 2 confrontations par journée). Après un total donc de 5*2=10 rencontres, les 2 premières équipes de chaque poule se qualifient pour les plateaux. Les sortants des poules 1 et 2 se retrouvent dans le plateau Nord et ceux des poules 3 et 4 dans le plateau Sud. Dans le Nord, le premier de la poule 1 affronte en demi-finale le de la poule 2 dans un match unique de 9 manches, et l'inverse dans l'autre demi ( 2 contre 1). Les qualifiés se rencontrent le lendemain en finale de plateau. Même principe dans le plateau Sud. Les deux vainqueurs de plateaux, qualifiés pour la Nationale 1, se rencontrent ensuite en terrain neutre au meilleur des trois matchs pour le titre de champion de France de N2 2008. Les clubs de l'édition 2008 Champions régionaux 2008 Voici la liste des champions régionaux 2008: Ligue d'Aquitaine: Pitcher's de Pineuilh Ligue d'Auvergne: Arvernes de Clermont-Ferrand² Ligue de Bourgogne: Vikings de Chalon Ligue de Bretagne: Hawks de La Guerche de Bretagne² Ligue du Centre-Val de Loire: French Cubs de Chartres Ligue d'Île-de-France: Patriots de Paris Ligue du Languedoc-Roussillon: Albatros de la Grande Motte Ligue de Lorraine: Bootleggers d'Argancy Ligue Midi-Pyrénées: Duckies de Leguevin Ligue du Nord-Pas-de-Calais de baseball, softball et cricket : Vipères de Valenciennes Ligue de Normandie: Phenix de Caen Ligue de Poitou-Charentes: Boucaniers de La Rochelle Ligue Provence-Alpes-Côte d'Azur: Comanches de Toulon Ligue Rhône-Alpes: Devils de Bron Saint-Priest² Équipes participantes À la suite du désistement de plusieurs clubs, certaines équipes se sont vu proposer la participation au titre de leur place de suivant dans les championnats régionaux. Finalement, 24 équipes prennent part à l'édition 2008: Ligue d'Aquitaine : Blue Jays de Saint-Aubin de Médoc, Pitcher's de Pineuilh et Indians de Boé-Bon-Encontre Ligue d'Auvergne : Arvernes de Clermont-Ferrand² Ligue de Bourgogne : Vikings de Chalon Ligue de Bretagne : Hawks de La Guerche², Black Panthers de Bréal-sous-Montfort Ligue du Centre : French Cubs de Chartres, Parrots de Nevers Ligue d'Île-de-France : Paris Université Club², Cougars de Montigny², Expos d'Ermont² et Patriots de Paris Ligue du Languedoc-Roussillon : Albatros de La Grande Motte, Phenix de Perpignan Ligue de Lorraine : Bootleggers d'Argancy Ligue de Midi-Pyrénées : Duckies de Léguevin Ligue du Nord-Pas-de-Calais : Dragons de Ronchin et Vipères de Valenciennes Ligue de Normandie : Phenix de Caen Ligue du Poitou-Charentes: Sparks de Limoges Ligue de Provence-Alpes-Côte d'Azur: Comanches de Toulon Ligue de Rhône-Alpes : Tworocks de Cruzilles-lès-Mépillat, Cards de Meyzieu Phase de poule Les 24 clubs sont répartis dans quatre poules géographiques de la sorte: Lors d'égalité V/D entre équipes, le classement s'établit en fonction des confrontations directes entre ces équipes. Les 2 premiers des poules A et B avancent au plateau Nord, ceux des poules C et D au plateau Sud. Poule A J : rencontres jouées, V : victoires, D : défaites, % : pourcentage de victoire. Poule B x : ces rencontres ont été annulées car non décisives pour la suite de la compétition. J : rencontres jouées, V : victoires, D : défaites, % : pourcentage de victoire. Poule C J : rencontres jouées, V : victoires, D : défaites, % : pourcentage de victoire. Poule D J : rencontres jouées, V : victoires, D : défaites, % : pourcentage de victoire. Plateaux Plateau Nord à Argancy: Plateau Sud à Pineuilh: Les deux vainqueurs des plateaux montent en Nationale 1. Finale Les vainqueurs des plateaux, Valenciennes et Boé-Bon-Encontre, se rencontrent dans une finale au meilleur des 3 match pour le titre de champion de N2 à La Rochelle les 25 et . Une finale remportée par les Indians (20-8 et 15-5), champions de France de Nationale 2 2008. Notes et références Liens externes site officiel de la FFBS BAF Site consacré à l'actualité du baseball en France''] Pierrotbaseball Site de résultats des championnats N2 de baseball français Catégorie:Championnat de France de baseball Nationale 2 France Catégorie:Sport en France en septembre 2008 Catégorie:Sport en France en octobre 2008
le championnat de france de baseball nationale rassemblent équipes qui s'affrontent pour accéder à la nationale ces équipes représentent les meilleurs clubs issus des compétitions régionalesla compétition est relevée et son issue épique puisque tous les clubs favoris sont tombés les uns après les autres finalement ce sont les indians de boébonencontre qui succèdent aux devils de bron saintpriest et remportent le titre se qualifiant en nationale en compagnie du finaliste les vipères de valenciennesformat pour cette édition de la nationale les équipes sont réparties en poules géographiques de équipes chaque équipe affrontent les autres de sa poule en programme double c'estàdire confrontations par journéeaprès un total donc de rencontres les premières équipes de chaque poule se qualifient pour les plateaux les sortants des poules et se retrouvent dans le plateau nord et ceux des poules et dans le plateau suddans le nord le premier de la poule affronte en demifinale le de la poule dans un match unique de manches et l'inverse dans l'autre demi contre les qualifiés se rencontrent le lendemain en finale de plateau même principe dans le plateau sudles deux vainqueurs de plateaux qualifiés pour la nationale se rencontrent ensuite en terrain neutre au meilleur des trois matchs pour le titre de champion de france de n les clubs de l'édition champions régionaux voici la liste des champions régionaux ligue d'aquitaine pitcher's de pineuilh ligue d'auvergne arvernes de clermontferrand ligue de bourgogne vikings de chalon ligue de bretagne hawks de la guerche de bretagne ligue du centreval de loire french cubs de chartres ligue d'îledefrance patriots de paris ligue du languedocroussillon albatros de la grande motte ligue de lorraine bootleggers d'argancy ligue midipyrénées duckies de leguevin ligue du nordpasdecalais de baseball softball et cricket vipères de valenciennes ligue de normandie phenix de caen ligue de poitoucharentes boucaniers de la rochelle ligue provencealpescôte d'azur comanches de toulon ligue rhônealpes devils de bron saintpriestéquipes participantes à la suite du désistement de plusieurs clubs certaines équipes se sont vu proposer la participation au titre de leur place de suivant dans les championnats régionaux finalement équipes prennent part à l'édition ligue d'aquitaine blue jays de saintaubin de médoc pitcher's de pineuilh et indians de boébonencontre ligue d'auvergne arvernes de clermontferrand ligue de bourgogne vikings de chalon ligue de bretagne hawks de la guerche black panthers de bréalsousmontfort ligue du centre french cubs de chartres parrots de nevers ligue d'îledefrance paris université club cougars de montigny expos d'ermont et patriots de paris ligue du languedocroussillon albatros de la grande motte phenix de perpignan ligue de lorraine bootleggers d'argancy ligue de midipyrénées duckies de léguevin ligue du nordpasdecalais dragons de ronchin et vipères de valenciennes ligue de normandie phenix de caen ligue du poitoucharentes sparks de limoges ligue de provencealpescôte d'azur comanches de toulon ligue de rhônealpes tworocks de cruzilleslèsmépillat cards de meyzieuphase de poule les clubs sont répartis dans quatre poules géographiques de la sortelors d'égalité vd entre équipes le classement s'établit en fonction des confrontations directes entre ces équipesles premiers des poules a et b avancent au plateau nord ceux des poules c et d au plateau sudpoule a j rencontres jouées v victoires d défaites pourcentage de victoirepoule b x ces rencontres ont été annulées car non décisives pour la suite de la compétitionj rencontres jouées v victoires d défaites pourcentage de victoirepoule c j rencontres jouées v victoires d défaites pourcentage de victoirepoule d j rencontres jouées v victoires d défaites pourcentage de victoireplateaux plateau nord à argancyplateau sud à pineuilhles deux vainqueurs des plateaux montent en nationale finale les vainqueurs des plateaux valenciennes et boébonencontre se rencontrent dans une finale au meilleur des match pour le titre de champion de n à la rochelle les et une finale remportée par les indians et champions de france de nationale notes et référencesliens externes site officiel de la ffbs baf site consacré à l'actualité du baseball en france'' pierrotbaseball site de résultats des championnats n de baseball françaiscatégoriechampionnat de france de baseball nationale francecatégoriesport en france en septembre catégoriesport en france en octobre
Liste de points extrêmes de l'Amérique
thumb|Carte des Amériques Voici une liste des points extrêmes de l'Amérique. Latitude et longitude Amérique Nord : Kaffeklubben, ()  Sud : Île Thule, Îles Sandwich du Sud, , (revendiquées par l'Argentine) () Ouest : Île Attu, Alaska, ()  Est : Nordost Rundingen, () Continent Nord : Promontoire Murchison sur la péninsule de Boothia, Nunavut, () Sud : Cap Froward, () Ouest : Cap Prince-de-Galles, Alaska, () Est : Pointe du Seixas, () Altitude Maximale : Aconcagua, , 6 962 m () Minimale : Laguna del Carbon, , -105 m () Notes Annexes Article connexe Liste de points extrêmes du monde Lien externe *
thumbcarte des amériquesvoici une liste des points extrêmes de l'amériquelatitude et longitudeamérique nord kaffeklubben sud île thule îles sandwich du sud revendiquées par l'argentine ouest île attu alaska est nordost rundingen continent nord promontoire murchison sur la péninsule de boothia nunavut sud cap froward ouest cap princedegalles alaska est pointe du seixas altitude maximale aconcagua m minimale laguna del carbon m notesannexesarticle connexe liste de points extrêmes du mondelien externe
Thomas Shelton
Thomas Shelton (1601 – 1650?) est un inventeur anglais d'une méthode de sténographie. Biographie En 1626, Shelton publia une nouvelle méthode de sténographie sous le nom « short-writing » et depuis 1635 sous le nom « Tachygraphy », l'origine du mot « tachygraphie », "tachy" se prononçant "taqui" et transcrivant un mot grec qui signifie "rapide". Ce travail de Shelton a été le point de départ pour beaucoup d'œuvres de sténographie de renommée universelle. La sténographie de Shelton a été utilisée, entre autres, par Samuel Pepys dans son journal intime dans une forme peu usuelle, et a longtemps été comprise comme étant un « cryptage ». Le grand physicien Isaac Newton l'a également employée. La première page de l'œuvre dit : "Tachygraphie. La méthode d'écriture courte et rapide la plus exacte et concise qui ait été publiée par quiconque. Composée par Thomas Shelton, auteur et professeur dudit art. Approuvée par les deux universités." Il y eut plusieurs rééditions. La page ci-contre fut imprimée par l'Université de Cambridge. Son alphabet est composé de 24 signes intégrés par des lignes droites, courbes et mixtes. Les voyelles étaient indiquées par l'emplacement qu'occupaient les consonnes, ce qui obligeait à écrire par des syllabes libres. Certains mots, préfixes et terminaisons avaient des caractères propres. Liens externes Catégorie:Spécialiste d'écriture abrégée Catégorie:Naissance en 1601 Catégorie:Décès en 1650
thomas shelton est un inventeur anglais d'une méthode de sténographiebiographie en shelton publia une nouvelle méthode de sténographie sous le nom shortwriting et depuis sous le nom tachygraphy l'origine du mot tachygraphie tachy se prononçant taqui et transcrivant un mot grec qui signifie rapide ce travail de shelton a été le point de départ pour beaucoup d'uvres de sténographie de renommée universellela sténographie de shelton a été utilisée entre autres par samuel pepys dans son journal intime dans une forme peu usuelle et a longtemps été comprise comme étant un cryptage le grand physicien isaac newton l'a également employéela première page de l'uvre dit tachygraphie la méthode d'écriture courte et rapide la plus exacte et concise qui ait été publiée par quiconque composée par thomas shelton auteur et professeur dudit art approuvée par les deux universités il y eut plusieurs rééditions la page cicontre fut imprimée par l'université de cambridge son alphabet est composé de signes intégrés par des lignes droites courbes et mixtes les voyelles étaient indiquées par l'emplacement qu'occupaient les consonnes ce qui obligeait à écrire par des syllabes libres certains mots préfixes et terminaisons avaient des caractères propresliens externes catégoriespécialiste d'écriture abrégéecatégorienaissance en catégoriedécès en
Dopagne
Patronyme Jacques Dopagne, (1921-2002), est un scénariste, critique d'art et écrivain français. Jean-Pierre Dopagne, (1952- ), est un dramaturge et adaptateur de pièce de théâtre belge. Catégorie:Homonymie Catégorie:Homonymie de patronyme
patronyme jacques dopagne est un scénariste critique d'art et écrivain français jeanpierre dopagne est un dramaturge et adaptateur de pièce de théâtre belgecatégoriehomonymiecatégoriehomonymie de patronyme
Kędzie
Kędzie est une localité polonaise de la gmina de Żmigród, située dans le powiat de Trzebnica en voïvodie de Basse-Silésie. Notes et références Catégorie:Village dans la voïvodie de Basse-Silésie Catégorie:Powiat de Trzebnica
kdzie est une localité polonaise de la gmina de migrd située dans le powiat de trzebnica en voïvodie de bassesilésienotes et références catégorievillage dans la voïvodie de bassesilésiecatégoriepowiat de trzebnica
Tidili Mesfioua
Tidili Mesfioua, aussi appelée Tidili-des-Mesfioua, est une commune rurale de la province d'Al Haouz, dans la région de Marrakech-Safi, au Maroc. Elle ne dispose pas de centre urbain. Son chef-lieu est un village du même nom. La commune rurale de Tidili Mesfioua est le chef-lieu du caïdat de Mesfioua, lui-même situé au sein du cercle de Touama. Géographie Historique La commune de Tidili Mesfioua, créée en 1959 sous le nom de Tidili-des-Mesfioua, fait partie des 801 premières communes formées lors du premier découpage communal qu'a connu le Maroc. Elle se trouvait dans la province de Marrakech, précisément dans le cercle d'Aït Ourir. Avant le dernier décret datant de 2010, relatif à l'organisation territorial de la province d'Al Haouz, la commune de Tidili Mesfioua se trouvait dans le caïdat de Mesfioua au sein du cercle d'Aït Ourir. Mais à partir de 2010, Tidili Mesfioua est intégrée dans le nouveau cercle de Touama. Démographie Elle a connu, de 1994 à 2004 (années des derniers recensements), une baisse de population, passant de à habitants. Administration et politique La commune de Tidili Mesfioua dispose d'un centre de santé communal dans son chef-lieu et d'un dispensaire rural dans le douar de Toukhribine. Notes et références Catégorie:Commune dans la région de Marrakech-Safi
tidili mesfioua aussi appelée tidilidesmesfioua est une commune rurale de la province d'al haouz dans la région de marrakechsafi au maroc elle ne dispose pas de centre urbain son cheflieu est un village du même nomla commune rurale de tidili mesfioua est le cheflieu du caïdat de mesfioua luimême situé au sein du cercle de touamagéographiehistorique la commune de tidili mesfioua créée en sous le nom de tidilidesmesfioua fait partie des premières communes formées lors du premier découpage communal qu'a connu le maroc elle se trouvait dans la province de marrakech précisément dans le cercle d'aït ouriravant le dernier décret datant de relatif à l'organisation territorial de la province d'al haouz la commune de tidili mesfioua se trouvait dans le caïdat de mesfioua au sein du cercle d'aït ourir mais à partir de tidili mesfioua est intégrée dans le nouveau cercle de touamadémographie elle a connu de à années des derniers recensements une baisse de population passant de à habitantsadministration et politique la commune de tidili mesfioua dispose d'un centre de santé communal dans son cheflieu et d'un dispensaire rural dans le douar de toukhribinenotes et références catégoriecommune dans la région de marrakechsafi
Stah Guentis
Stah Guentis est une commune de la wilaya de Tébessa en Algérie. Géographie Situation Histoire Notes et références Catégorie:Commune dans la wilaya de Tébessa
stah guentis est une commune de la wilaya de tébessa en algériegéographiesituationhistoirenotes et références catégoriecommune dans la wilaya de tébessa
Henri Doizy
Henri Doizy est un homme politique français né le à Charleville (Ardennes) et décédé le à Lunay (Loir-et-Cher). Médecin à Flize en 1896, il est élu conseiller général en 1904, face à Adrien de Wignacourt. Ce succès lui ouvre une carrière politique. Il devient député des Ardennes de 1910 à 1919 (il est réélu en 1914), inscrit au groupe socialiste. Il est président de la commission de l'hygiène publique de 1914 à 1919. Sources Catégorie:Naissance en janvier 1869 Catégorie:Naissance à Charleville-Mézières Catégorie:Décès en août 1952 Catégorie:Décès à 83 ans Catégorie:Décès en Loir-et-Cher Catégorie:Député des Ardennes (Troisième République) Catégorie:Conseiller général des Ardennes Catégorie:Personnalité de la Section française de l'Internationale ouvrière Catégorie:Député de la dixième législature de la Troisième République Catégorie:Député de la onzième législature de la Troisième République
henri doizy est un homme politique français né le à charleville ardennes et décédé le à lunay loiretchermédecin à flize en il est élu conseiller général en face à adrien de wignacourt ce succès lui ouvre une carrière politique il devient député des ardennes de à il est réélu en inscrit au groupe socialiste il est président de la commission de l'hygiène publique de à sources catégorienaissance en janvier catégorienaissance à charlevillemézièrescatégoriedécès en août catégoriedécès à anscatégoriedécès en loiretchercatégoriedéputé des ardennes troisième républiquecatégorieconseiller général des ardennescatégoriepersonnalité de la section française de l'internationale ouvrièrecatégoriedéputé de la dixième législature de la troisième républiquecatégoriedéputé de la onzième législature de la troisième république
Malenka murvoshi
Malenka murvoshi est une espèce d'insectes plécoptères de la famille des Nemouridae. Distribution Cette espèce est endémique du Nevada aux États-Unis. Elle se rencontre dans la chaîne Spring. Étymologie Cette espèce est nommée en l'honneur de Chad M. Murvosh. Publication originale Baumann & Kondratieff, 2010 : Malenka murvoshi, a new species of stonefly from the Spring Mountains of southern Nevada (Plecoptera: Nemouridae). Illiesia, vol. 6, n. 11, (texte intégral). Notes Catégorie:Nemouridae Catégorie:Faune endémique du Nevada
malenka murvoshi est une espèce d'insectes plécoptères de la famille des nemouridaedistribution cette espèce est endémique du nevada aux étatsunis elle se rencontre dans la chaîne springétymologie cette espèce est nommée en l'honneur de chad m murvoshpublication originale baumann kondratieff malenka murvoshi a new species of stonefly from the spring mountains of southern nevada plecoptera nemouridae illiesia vol n texte intégralnotes catégorienemouridaecatégoriefaune endémique du nevada
Nicolas-Philibert Le Chandelier de Pierreville
Nicolas-Philibert Le Chandelier de Pierreville, dit aussi Chandelier, Le Chandelier ou Pierreville, né le à Beautot, est un militaire français, et chef chouan de la Mayenne pendant la Révolution française. Biographie Officier de talent, hautement apprécié par Claude-Augustin Tercier et par Jacques Duchemin des Cépeaux qui le connut personnellement, « actif, brave, intelligent, doux et ferme, prudent et audacieux à la fois », il appartenait à une famille anglaise qui avait suivi le roi Jacques en exil, il quitta la carrière ecclésiastique à laquelle on le destinait et apprit le commerce chez un négociant de Rouen. Enrôlé dans le régiment de la Montagne et se trouvant, en janvier 1794, en garnison à Ernée, il fut de ceux qui s'entendirent avec Jean Chouan pour lui fournir 25 hommes et des uniformes, et aider ainsi à la délivrance du prince de Talmont. Ses relations avec les chouans continuèrent à Mayenne, où il était en mai 1794, jusqu'au jour où, en cantonnement à Bazougers, il déserta et se joignit définitivement à eux. Entré d'abord dans la bande de La Ramée, il se mit bientôt en communication avec Jambe d'Argent, blessé à La Chapelle-Rainsouin, qui le chargea de se concerter avec les chouans de la rive droite de la Mayenne pour s'emparer des armes et des munitions déposées au château d'Entrammes. Le , l'affaire ne réussit pas, à la suite de la fuite de Moulins. L'échec lui servit à décider les chouans à prendre pour chef Monsieur Jacques, qui l'attacha à son état-major. Après le départ de celui-ci pour l'Anjou, Le Chandelier fut nommé capitaine de Bazougers et essaya de couper, durant tout l'hiver de l'an III, les communications de Laval avec Le Mans et Sablé. Quand Cormatin vint à Bazougers avec le général Humbert pour obtenir les adhésions des chouans au règlement qui y fut arrêté le , il ne dut la vie qu'à Le Chandelier, qui fut obligé de l'accompagner jusqu'à Laval. Les hostilités bientôt reprises, c'est à son habileté que furent dues en partie, les succès des combats de Louvigné, de Bazougers, de Meslay-Forcé (), où il reçut une balle dans la cuisse. C'est lui d'ailleurs qui, comme major général, dirigeait les opérations sous Michel Jacquet dit Taillefer, qu'il avait fait élire comme chef en remplacement de Monsieur Jacques. Il garda ses fonctions de major après la mort de Taillefer, sous le général Tercier, et, à l'affaire de Bazougers (), il put avec 600 hommes refouler le commandant Œhlert qui accourait de Meslay au secours des républicains en déroute. Attaqué de nouveau à Bazougers, pendant l'absence de Tercier qui visitait le canton de Rochambeau, Le Chandelier repoussa les patriotes qui se réfugièrent dans le clocher de Meslay, où ils subirent un siège de 8 heures, et qui durent leur salut à une colonne de 200 hommes accourus de Ballée. Resté caché dans le pays après la pacification, il fut trahi, livré par un ancien chef de chouans, Mathurin-Maurice de Vallois dit Maurice, et arrêté à Laval chez la citoyenne Brillet, couturière en haut de la Grande-Rue (20 fructidor an VI, ). Envoyé au Temple où il resta 10 mois, il fut ensuite transféré à Caen pour y être jugé. Enlevé à son escorte pendant un transfert près d'Évreux par Hingant de Saint-Maur, un officier chouan de Frotté, il se rendit, l'un des premiers, auprès de Bourmont, qui le mit à la tête de la division du Perche (). Il se maria à Mortagne avec Caroline de Rougemont, fille de l'ancien gouverneur de Vincennes et cousine de Puisaye. Après quelques succès, dont le plus important fut la prise de Bellême (), il éprouva 6 jours plus tard une défaite complète au Mesle-sur-Sarthe et dut faire sa soumission après la prise de Frotté et la désorganisation de la légion du Perche. La police consulaire, qui lui reprochait une violente proclamation « contre l'aventurier italien Bonaparte » le fit arrêter sur la route de Mortagne et interner à Sens, d'où il put encore s'évader. Après avoir essayé en vain d'agiter le Maine, ce jeune homme « de 5 pieds 6 pouces », au long nez planté dans un visage ovale, put gagner, déguisé en marchand de bœufs, l'Angleterre, où le Comte d'Artois lui donna la Croix de Saint-Louis. À la Restauration, il revint habiter Mortagne-au-Perche. Voir aussi Jean Cottereau Marie Paul de Scépeaux de Bois-Guignot Claude-Augustin Tercier Michel Jacquet dit Taillefer Martial de Savignac Louis Courtillé dit Saint-Paul Jean-Daniel Œhlert Guillaume Le Métayer dit Rochambeau Perrine Dugué Notes et références Sources et bibliographie Dictionnaire des Chouans de la Mayenne, d'Hubert La Marle, Éditions régionales de l'Ouest, Mayenne, 2005. Catégorie:Naissance en août 1771 Catégorie:Naissance dans la province de Normandie Catégorie:Chouan Catégorie:Chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis Catégorie:Date de décès non renseignée (XIXe siècle) Catégorie:Personnalité liée à la région Normandie
nicolasphilibert le chandelier de pierreville dit aussi chandelier le chandelier ou pierreville né le à beautot est un militaire français et chef chouan de la mayenne pendant la révolution françaisebiographie officier de talent hautement apprécié par claudeaugustin tercier et par jacques duchemin des cépeaux qui le connut personnellement actif brave intelligent doux et ferme prudent et audacieux à la fois il appartenait à une famille anglaise qui avait suivi le roi jacques en exil il quitta la carrière ecclésiastique à laquelle on le destinait et apprit le commerce chez un négociant de rouenenrôlé dans le régiment de la montagne et se trouvant en janvier en garnison à ernée il fut de ceux qui s'entendirent avec jean chouan pour lui fournir hommes et des uniformes et aider ainsi à la délivrance du prince de talmontses relations avec les chouans continuèrent à mayenne où il était en mai jusqu'au jour où en cantonnement à bazougers il déserta et se joignit définitivement à euxentré d'abord dans la bande de la ramée il se mit bientôt en communication avec jambe d'argent blessé à la chapellerainsouin qui le chargea de se concerter avec les chouans de la rive droite de la mayenne pour s'emparer des armes et des munitions déposées au château d'entrammes le l'affaire ne réussit pas à la suite de la fuite de moulins l'échec lui servit à décider les chouans à prendre pour chef monsieur jacques qui l'attacha à son étatmajoraprès le départ de celuici pour l'anjou le chandelier fut nommé capitaine de bazougers et essaya de couper durant tout l'hiver de l'an iii les communications de laval avec le mans et sablé quand cormatin vint à bazougers avec le général humbert pour obtenir les adhésions des chouans au règlement qui y fut arrêté le il ne dut la vie qu'à le chandelier qui fut obligé de l'accompagner jusqu'à lavalles hostilités bientôt reprises c'est à son habileté que furent dues en partie les succès des combats de louvigné de bazougers de meslayforcé où il reçut une balle dans la cuisse c'est lui d'ailleurs qui comme major général dirigeait les opérations sous michel jacquet dit taillefer qu'il avait fait élire comme chef en remplacement de monsieur jacques il garda ses fonctions de major après la mort de taillefer sous le général tercier et à l'affaire de bazougers il put avec hommes refouler le commandant hlert qui accourait de meslay au secours des républicains en déroute attaqué de nouveau à bazougers pendant l'absence de tercier qui visitait le canton de rochambeau le chandelier repoussa les patriotes qui se réfugièrent dans le clocher de meslay où ils subirent un siège de heures et qui durent leur salut à une colonne de hommes accourus de balléeresté caché dans le pays après la pacification il fut trahi livré par un ancien chef de chouans mathurinmaurice de vallois dit maurice et arrêté à laval chez la citoyenne brillet couturière en haut de la granderue fructidor an vi envoyé au temple où il resta mois il fut ensuite transféré à caen pour y être jugé enlevé à son escorte pendant un transfert près d'évreux par hingant de saintmaur un officier chouan de frotté il se rendit l'un des premiers auprès de bourmont qui le mit à la tête de la division du perche il se maria à mortagne avec caroline de rougemont fille de l'ancien gouverneur de vincennes et cousine de puisayeaprès quelques succès dont le plus important fut la prise de bellême il éprouva jours plus tard une défaite complète au meslesursarthe et dut faire sa soumission après la prise de frotté et la désorganisation de la légion du perchela police consulaire qui lui reprochait une violente proclamation contre l'aventurier italien bonaparte le fit arrêter sur la route de mortagne et interner à sens d'où il put encore s'évaderaprès avoir essayé en vain d'agiter le maine ce jeune homme de pieds pouces au long nez planté dans un visage ovale put gagner déguisé en marchand de bufs l'angleterre où le comte d'artois lui donna la croix de saintlouis à la restauration il revint habiter mortagneauperchevoir aussi jean cottereau marie paul de scépeaux de boisguignot claudeaugustin tercier michel jacquet dit taillefer martial de savignac louis courtillé dit saintpaul jeandaniel hlert guillaume le métayer dit rochambeau perrine duguénotes et référencessources et bibliographie dictionnaire des chouans de la mayenne d'hubert la marle éditions régionales de l'ouest mayenne catégorienaissance en août catégorienaissance dans la province de normandiecatégoriechouancatégoriechevalier de l'ordre royal et militaire de saintlouiscatégoriedate de décès non renseignée xixe sièclecatégoriepersonnalité liée à la région normandie
Všenory
Všenory est une commune du district de Prague-Ouest, dans la région de Bohême-Centrale, en République tchèque. Sa population s'élevait à habitants en 2018. Géographie Všenory se trouve à au sud-sud-ouest de Černošice et à au sud-ouest du centre de Prague. La commune est limitée par Černošice au nord, par Jíloviště à l'est, par Černolice au sud, et par Dobřichovice à l'ouest. Histoire La première mention écrite de la localité date de 1205. Notes et références Catégorie:Commune du district de Prague-Ouest
venory est une commune du district de pragueouest dans la région de bohêmecentrale en république tchèque sa population s'élevait à habitants en géographie venory se trouve à au sudsudouest de ernoice et à au sudouest du centre de praguela commune est limitée par ernoice au nord par jlovit à l'est par ernolice au sud et par dobichovice à l'ouesthistoire la première mention écrite de la localité date de notes et références catégoriecommune du district de pragueouest
Jean-Luc Moreau (journaliste)
Jean-Luc Moreau, né en 1963, est un journaliste français. Carrière Il a participé à la création et la réalisation de l’émission Turbo sur M6 (plus de reportages réalisés à ce jour). Il a également collaboré à des émissions sur TF1, France 2, AB Moteurs, rue et au magazine Auto Moto. Il crée High Speed Video, une société de production de films d'entreprises. Il est également rédacteur en chef du magazine Voiture Écologique. Il est spécialiste des automobiles propres. Jean-Luc Moreau est l'auteur du livre Route 66. Il anime en coopération avec François Sorel l'émission Votre auto le dimanche matin entre et sur RMC, et entre et depuis le . Controverse En , il publie un article très contesté sur le site Auto Moto et affirme que : . Cette idée est démentie par plusieurs journalistes nationaux. Notes et références Catégorie:Journaliste français du XXe siècle Catégorie:Journaliste français du XXIe siècle Catégorie:Personnalité masculine française de la radio Catégorie:Animateur sur RMC Catégorie:Naissance en 1963
jeanluc moreau né en est un journaliste françaiscarrière il a participé à la création et la réalisation de l'émission turbo sur m plus de reportages réalisés à ce jour il a également collaboré à des émissions sur tf france ab moteurs rue et au magazine auto motoil crée high speed video une société de production de films d'entreprisesil est également rédacteur en chef du magazine voiture écologique il est spécialiste des automobiles propresjeanluc moreau est l'auteur du livre route il anime en coopération avec françois sorel l'émission votre auto le dimanche matin entre et sur rmc et entre et depuis le controverse en il publie un article très contesté sur le site auto moto et affirme que cette idée est démentie par plusieurs journalistes nationauxnotes et références catégoriejournaliste français du xxe sièclecatégoriejournaliste français du xxie sièclecatégoriepersonnalité masculine française de la radiocatégorieanimateur sur rmccatégorienaissance en
Skelani
Skelani (en serbe cyrillique : ) est un village de Bosnie-Herzégovine. Il est situé dans la municipalité de Srebrenica et dans la République serbe de Bosnie. Selon les premiers résultats du recensement bosnien de 2013, il compte habitants. Géographie Skelani est située sur les bords de la Drina. Histoire Démographie Évolution historique de la population dans la localité Répartition de la population par nationalités (1991) Communauté locale En 1991, la communauté locale de Skelani comptait habitants, répartis de la manière suivante : Notes et références Voir aussi Articles connexes Villes de Bosnie-Herzégovine Municipalités de Bosnie-Herzégovine Liens externes Catégorie:Localité de Srebrenica Catégorie:Localité de Srebrenica à majorité bosniaque
skelani en serbe cyrillique est un village de bosnieherzégovine il est situé dans la municipalité de srebrenica et dans la république serbe de bosnie selon les premiers résultats du recensement bosnien de il compte habitantsgéographie skelani est située sur les bords de la drinahistoiredémographieévolution historique de la population dans la localitérépartition de la population par nationalités communauté locale en la communauté locale de skelani comptait habitants répartis de la manière suivante notes et référencesvoir aussiarticles connexes villes de bosnieherzégovine municipalités de bosnieherzégovineliens externes catégorielocalité de srebrenicacatégorielocalité de srebrenica à majorité bosniaque
Kazakhstan sous l'Empire russe
Le Kazakhstan est sous domination de l'Empire russe à partir du et jusqu'à la fin de l'Empire. Premier protectorat russe Afin de renforcer son pouvoir sur les khans de la moyenne et de la grande jüz, le khan Abulkhair de la petite jüz décida d'établir des relations diplomatiques avec la Russie. En 1730, il s'adressa avec ses fils Nouraly et Eraly à l'impératrice Anne pour lui demander d'accorder la citoyenneté russe aux Kazakhs de la petite jüz. La situation de luttes entre jüz et d'affaiblissement des Kazakhs était avantageuse pour la Russie, c'est pourquoi, en 1731, cette demande fut acceptée, et la petite jüz fut mise sous protectorat de la Russie. En 1732, , dirigeant de la jüz moyenne, a prêté serment à l'impératrice russe, et en 1740, la mise sous protectorat russe des Kazakhs de la jüz moyenne a été confirmée par Abylaï Khan. Les khans de la petite et de la moyenne jüz s'engagèrent à protéger les frontières russes, à prêter main-forte aux intérêts militaires, politiques et commerciaux russes sur leur territoire et à payer le iassak. En échange, les autorités russes garantirent aux Kazakhs des petite et moyenne jüz la protection contre les incursions dévastatrices des Dzoungars et des Bachkirs. Après la mort du khan Aboulkhaïr en 1748, l'influence russe sur les steppes kazakhes diminua. Batyr Khan, qui avait disputé à Nouraly Khan le contrôle de la petite jüz, se tourna vers le Khanat dzoungar, et après que celui-ci ait été défait par l'Empire Qing en 1756, reconnut la suzeraineté de Pékin sur la petite jüz. Le sultan Abylaï, qui régnait de facto sur la moyenne et la grande jüz à travers son oncle Abilmambet Khan, mena une guerre pendant deux ans contre l'Empire Qing, et parvint à chasser les Chinois (qui manquaient de ressources pour poursuivre la guerre). Construction des lignes de fortifications russes L'expansion de l'Empire russe sur les terres kazakhes a commencé par la construction par les Russes de lignes de fortification le long de la frontière russo-kazakhe, suivie de l'adoption par le gouvernement de mesures incitatives pour que les paysans et commerçants russes s'installent dans cette zone, et de pressions politico-économiques sur les autorités locales. C'est en 1716 qu'a commencé la construction de la première ligne de fortifications, près de l'Irtych ; en 1752, elle reliait trois forteresses sibériennes : Omsk, Semeï et Öskemen. Entre 1737 et 1742, la ligne de fortifications d'Orenbourg relia Orenbourg à Troïtsk. Entre 1740 et 1750, un certain nombre d'avant-postes ont été érigés. En 1811, la ligne de fortifications d'Ilek fut achevée. Au début du , en tout, quatre lignes de fortifications avaient été construites, comprenant 46 forteresses et 96 redoutes. La colonisation s'est accompagnée d'expulsions de Kazakhs des meilleures terres à proximité des rivières afin d'accueillir des populations de Russie centrale. Rétablissement du protectorat russe sur les Kazakhs des petite et moyenne Jüz La plupart des clans de la petite jüz et certains clans de la moyenne jüz ont soutenu la guerre des paysans russes (1773-1775), ce qui a servi de prétexte à la Russie pour renforcer sa position au Kazakhstan. La politique de Catherine II était une combinaison de répression militaire, de stimulation des intérêts économiques des Kazakhs en Russie, et d'expansion culturelle et idéologique. Elle a en particulier envisagé l'islamisation des Kazakhs par les Tatars de Kazan comme un moyen de civilisation et de contrôle idéologique. En 1784, un oukase a été publié pour promouvoir la construction massive de mosquées, de médersas et de caravansérails dans les steppes kazakhes sous le contrôle des Tatares. En 1789, la première autorité spirituelle musulmane russe a été créée à Oufa, dont l'un des buts les plus importants était de propager l'islam parmi les Kazakhs nomades. Au début du , l'islam était devenu la religion dominante dans les steppes kazakhes. Catherine II accordait une importance particulière à la sédentarisation des Kazakhs nomades, et a favorisé l'installation des paysans russes dans les steppes kazakhes et la formation des nomades locaux aux techniques agricoles. En 1787, les autorités russes ont réalisé une division administrative du territoire de le Petite jüz en trois régions gérées par des conseils d'anciens élus et des tribunaux dans lesquels étaient représentés les Kazakhs et Russes. Le conseil et le tribunal rendaient compte à la fois au Khan kazakh et aux autorités russes. Puisque les fonctions politiques avaient été transférées à Saint-Pétersbourg, le titre de khan n'eut plus qu'une valeur honorifique. Ce titre fut aboli en 1818 au sein de la Jüz moyenne, et en 1824 pour la Petite jüz. Peu après, les terres de la Jüz moyenne furent adjointes au territoire de la Sibérie occidentale sous le nom de « steppe kirghize ». En 1844, les Kazakhs issus de l'ex Petite jüz passent sous le contrôle du Département asiatique du Ministère des affaires étrangères et du Commandement militaire d'Orenbourg. Les réformes de Speranski Entre 1820 et 1840, des réformes concernant les steppes kazakhes ont été mises en place par Speranski, alors gouverneur de Sibérie occidentale. Le but de ces réformes était de substituer le maillage administratif russe aux anciennes divisions par clans des Kazakhs afin de mieux intégrer ces derniers à l'Empire. La steppe fut divisée en quatre régions, subdivisées en 87 volosts. Le but de ces réformes économiques était de sédentariser les Kazakhs nomades et de poursuivre la colonisation du Kazakhstan. Elles accordaient gratuitement des terres aux simples nomades, ainsi que des semences et du matériel agricoles. Les chefs et notables se voyaient offrir plus de terres, et les beys encore plus. Parallèlement, les terres des Kazakhs furent saisies, et l'accès des nomades à ces terres fut restreint. La réforme prévoyait également d'exempter de taxes les commerçants russes et kazakhs au Kazakhstan. En 1841, le code des steppes a été créé. Établissement du protectorat russe sur la Grande jüz et les autres territoires du Kazakhstan Après que le Khanat dzoungar ait été défait par la dynastie Qing et que la guerre sino-kazakhe de 1756-1759 se soit achevée, Abylaï Khan commença à devenir populaire, et fut reconnu Khan de toutes les jüz en 1771. Sous son règne, les Kazakhs parvinrent à lutter efficacement contre la Russie et la Chine. Abylaï Khan reconquit plusieurs territoires ayant appartenu aux Kazakhs par le passé, repoussant le Khanat de Boukhara, les Kirghizes, le Khanat de Kokand, et s'emparant même de Tachkent. Cependant, faute de successeur talentueux, la mort d'Abylaï laissa les Kazakhs affaiblis. Les Russes reprirent leur politique de colonisation du Kazakhstan, occupant les territoires du Nord et érigeant les forteresses de Kokchetaou, Akmolinsk, Zerendy, Atbassar, etc. Les Kazakhs durent à nouveau lutter contre les Russes (voir révoltes kazakhes). Un meneur ayant dirigé l'un des mouvements de résistance kazakhe les plus organisés est Kenessary Kassymov, reconnu Khan en 1841 ; le mouvement dura dix ans, mais les Russes réussirent à le juguler en éliminant Kassymov en 1847. Après cela, la Russie occupa tout le Nord du Kazakhstan. Occupation du Kazakhstan par l'Empire russe Entre 1864 et 1865, sous l'assaut du général Tcherniaïev, les villes de Chimkent, Tachkent et Turkestan. La Jüz moyenne et la Petite jüz furent divisées en six oblasts et inclus dans les trois gouvernorats de l'Empire russe : l'oblast du Syr-Daria et celui de Semiretchie sous le gouvernorat du Turkestan ; les oblasts d'Ouralsk et de Tourgaï sous le gouvernement d'Orenbourg ; les oblasts d'Akmolinsk et de Semipalatinsk sous le gouvernement de l'administration sibérienne occidentale. Chaque zone était dirigée par un officier russe, auprès duquel siégeait un conseil consultatif composé de représentants de l'aristocratie kazakhe. La réforme de Kaufmann au Turkestan Entre 1867 et 1881 au Turkestan, le gouverneur Kaufmann abolit l'esclavage et adopta une série de réformes pour intégrer les lois foncières locales et russes, l'administration et la jurisprudence locales. En 1886, en raison de l'accroissement de la production agricole des Kazakhs, l'état abandonna son droit de propriété sur les terres agricoles, laissant l'agriculteur détenteur de ses terres ; ne restèrent plus dans le domaine public que les forêts, les rivières et les terres non cultivées sur le territoire du Turkestan. La plupart des terres fertiles furent retirées de la distribution, car classées comme non-cultivées, et représentaient le fonds agricole pour les colons russes. Changement d'attitude des autorités envers l'islam L'islamisation du Nord du Kazakhstan a été menée par les Tatars de Kazan, qui, la plupart du temps, étaient favorables à une pleine intégration des musulmans russes dans la vie socio-politique, économique et culturelle de l'Empire russe. Dans le Sud du Kazakhstan, cependant, l'islamisation a été portée par des missionnaires du Khanat de Kokand et d'autres régions d'Asie centrale, favorables à un islam traditionnel et fondamentalement antirusses. Dans les années 1880, les courants panislamistes et panturcs ont commencé à se répandre parmi les Kazakhs, comme chez d'autres peuples musulmans de l'Empire russe. Les autorités russes virent dans le panislamisme et le panturquisme une menace pour l'intégrité territoriale de l'Empire, et instaurèrent une politique plus rigide à l'égard de l'islam. Émergence d'une élite intellectuelle kazakhe Afin de former les cadres locaux, l'administration coloniale russe avait créé un réseau d'écoles russo-kazakhes. Un certain nombre de Kazakhs diplômés de ces écoles eurent la possibilité de poursuivre leurs études dans les lycées d'Orenbourg, d'Omsk et de Semipalatinsk. Parmi ces premiers représentants de l'élite intellectuelle kazakhe laïque, on trouve Tchokhan Valikhanov, et Abaï Kounanbaïouly. Développement socio-économique Durant la seconde moitié du , les steppes kazakhes étaient devenues une province semblable à toutes les autres provinces de l'Empire russe. À l'exception des Kazakhs nobles, qui prenaient part à la politique russe, et de la hiérarchie militaire, les kazakhs étaient classés dans la catégorie des «allogènes», et détenaient des droits politiques et civiques limités. Du point de vue économique, la fin du est marquée par l'apparition d'industries minières (houille, pétrole), et par la construction du Transsibérien, reliant Omsk et Orenbourg, et améliorant par là la communication du Kazakhstan avec la Russie occidentale. Le Kazakhstan pendant la Première Guerre mondiale Bien que le chef spirituel des musulmans sunnites ait été ottoman, l'entrée de l'Empire ottoman dans la Première Guerre mondiale contre la Russie n'a pas causé de troubles parmi les musulmans. Cependant, à mesure que la guerre s'éternisait, l'affaiblissement de la croissance et la fatigue engendrèrent une augmentation des tensions sociales dans toute la Russie, y compris parmi les musulmans. Le , le tsar Nicolas II publia un décret obligeant un demi-million de musulmans d'Asie centrale à participer aux travaux d'arrière-front. Des manifestations anti-gouvernementales éclatèrent alors en Asie centrale. Ces émeutes ont été réprimées vers : environ trois mille rebelles furent jugés et jetés en prison, 300 furent condamnés à mort, mais une partie d'entre eux réussit à se cacher dans les steppes et les montagnes ou à fuir en Chine. La Révolution de Février ranima la vie politique au Kazakhstan. Lors de la première conférence de tous les Kirghizes à Orenbourg en , l'Autonomie d'Alash fut créée, qui devait lutter pour l'indépendance du Kazakhstan de la Russie. Sources Histoire de l'Orient (6 tomes). Tome IV L'Orient à l'époque moderne (fin du — début du ), livres 1 et 2 — Moscou: édition «Littérature orientale» de l'Académie des sciences de Russie, 2004. Références Liens La politique de l'Empire russe sur les steppes durant la seconde moitié du dans l'historiographie soviétique Catégorie:Histoire du Kazakhstan Catégorie:Empire russe
le kazakhstan est sous domination de l'empire russe à partir du et jusqu'à la fin de l'empirepremier protectorat russe afin de renforcer son pouvoir sur les khans de la moyenne et de la grande jüz le khan abulkhair de la petite jüz décida d'établir des relations diplomatiques avec la russie en il s'adressa avec ses fils nouraly et eraly à l'impératrice anne pour lui demander d'accorder la citoyenneté russe aux kazakhs de la petite jüz la situation de luttes entre jüz et d'affaiblissement des kazakhs était avantageuse pour la russie c'est pourquoi en cette demande fut acceptée et la petite jüz fut mise sous protectorat de la russie en dirigeant de la jüz moyenne a prêté serment à l'impératrice russe et en la mise sous protectorat russe des kazakhs de la jüz moyenne a été confirmée par abylaï khan les khans de la petite et de la moyenne jüz s'engagèrent à protéger les frontières russes à prêter mainforte aux intérêts militaires politiques et commerciaux russes sur leur territoire et à payer le iassak en échange les autorités russes garantirent aux kazakhs des petite et moyenne jüz la protection contre les incursions dévastatrices des dzoungars et des bachkirsaprès la mort du khan aboulkhaïr en l'influence russe sur les steppes kazakhes diminua batyr khan qui avait disputé à nouraly khan le contrôle de la petite jüz se tourna vers le khanat dzoungar et après que celuici ait été défait par l'empire qing en reconnut la suzeraineté de pékin sur la petite jüz le sultan abylaï qui régnait de facto sur la moyenne et la grande jüz à travers son oncle abilmambet khan mena une guerre pendant deux ans contre l'empire qing et parvint à chasser les chinois qui manquaient de ressources pour poursuivre la guerreconstruction des lignes de fortifications russes l'expansion de l'empire russe sur les terres kazakhes a commencé par la construction par les russes de lignes de fortification le long de la frontière russokazakhe suivie de l'adoption par le gouvernement de mesures incitatives pour que les paysans et commerçants russes s'installent dans cette zone et de pressions politicoéconomiques sur les autorités locales c'est en qu'a commencé la construction de la première ligne de fortifications près de l'irtych en elle reliait trois forteresses sibériennes omsk semeï et öskemen entre et la ligne de fortifications d'orenbourg relia orenbourg à troïtsk entre et un certain nombre d'avantpostes ont été érigés en la ligne de fortifications d'ilek fut achevée au début du en tout quatre lignes de fortifications avaient été construites comprenant forteresses et redoutes la colonisation s'est accompagnée d'expulsions de kazakhs des meilleures terres à proximité des rivières afin d'accueillir des populations de russie centralerétablissement du protectorat russe sur les kazakhs des petite et moyenne jüz la plupart des clans de la petite jüz et certains clans de la moyenne jüz ont soutenu la guerre des paysans russes ce qui a servi de prétexte à la russie pour renforcer sa position au kazakhstan la politique de catherine ii était une combinaison de répression militaire de stimulation des intérêts économiques des kazakhs en russie et d'expansion culturelle et idéologique elle a en particulier envisagé l'islamisation des kazakhs par les tatars de kazan comme un moyen de civilisation et de contrôle idéologique en un oukase a été publié pour promouvoir la construction massive de mosquées de médersas et de caravansérails dans les steppes kazakhes sous le contrôle des tatares en la première autorité spirituelle musulmane russe a été créée à oufa dont l'un des buts les plus importants était de propager l'islam parmi les kazakhs nomades au début du l'islam était devenu la religion dominante dans les steppes kazakhescatherine ii accordait une importance particulière à la sédentarisation des kazakhs nomades et a favorisé l'installation des paysans russes dans les steppes kazakhes et la formation des nomades locaux aux techniques agricoles en les autorités russes ont réalisé une division administrative du territoire de le petite jüz en trois régions gérées par des conseils d'anciens élus et des tribunaux dans lesquels étaient représentés les kazakhs et russes le conseil et le tribunal rendaient compte à la fois au khan kazakh et aux autorités russespuisque les fonctions politiques avaient été transférées à saintpétersbourg le titre de khan n'eut plus qu'une valeur honorifique ce titre fut aboli en au sein de la jüz moyenne et en pour la petite jüz peu après les terres de la jüz moyenne furent adjointes au territoire de la sibérie occidentale sous le nom de steppe kirghize en les kazakhs issus de l'ex petite jüz passent sous le contrôle du département asiatique du ministère des affaires étrangères et du commandement militaire d'orenbourgles réformes de speranski entre et des réformes concernant les steppes kazakhes ont été mises en place par speranski alors gouverneur de sibérie occidentale le but de ces réformes était de substituer le maillage administratif russe aux anciennes divisions par clans des kazakhs afin de mieux intégrer ces derniers à l'empire la steppe fut divisée en quatre régions subdivisées en volostsle but de ces réformes économiques était de sédentariser les kazakhs nomades et de poursuivre la colonisation du kazakhstan elles accordaient gratuitement des terres aux simples nomades ainsi que des semences et du matériel agricoles les chefs et notables se voyaient offrir plus de terres et les beys encore plus parallèlement les terres des kazakhs furent saisies et l'accès des nomades à ces terres fut restreint la réforme prévoyait également d'exempter de taxes les commerçants russes et kazakhs au kazakhstanen le code des steppes a été crééétablissement du protectorat russe sur la grande jüz et les autres territoires du kazakhstan après que le khanat dzoungar ait été défait par la dynastie qing et que la guerre sinokazakhe de se soit achevée abylaï khan commença à devenir populaire et fut reconnu khan de toutes les jüz en sous son règne les kazakhs parvinrent à lutter efficacement contre la russie et la chine abylaï khan reconquit plusieurs territoires ayant appartenu aux kazakhs par le passé repoussant le khanat de boukhara les kirghizes le khanat de kokand et s'emparant même de tachkent cependant faute de successeur talentueux la mort d'abylaï laissa les kazakhs affaiblis les russes reprirent leur politique de colonisation du kazakhstan occupant les territoires du nord et érigeant les forteresses de kokchetaou akmolinsk zerendy atbassar etc les kazakhs durent à nouveau lutter contre les russes voir révoltes kazakhes un meneur ayant dirigé l'un des mouvements de résistance kazakhe les plus organisés est kenessary kassymov reconnu khan en le mouvement dura dix ans mais les russes réussirent à le juguler en éliminant kassymov en après cela la russie occupa tout le nord du kazakhstanoccupation du kazakhstan par l'empire russe entre et sous l'assaut du général tcherniaïev les villes de chimkent tachkent et turkestan la jüz moyenne et la petite jüz furent divisées en six oblasts et inclus dans les trois gouvernorats de l'empire russe l'oblast du syrdaria et celui de semiretchie sous le gouvernorat du turkestan les oblasts d'ouralsk et de tourgaï sous le gouvernement d'orenbourg les oblasts d'akmolinsk et de semipalatinsk sous le gouvernement de l'administration sibérienne occidentale chaque zone était dirigée par un officier russe auprès duquel siégeait un conseil consultatif composé de représentants de l'aristocratie kazakhela réforme de kaufmann au turkestan entre et au turkestan le gouverneur kaufmann abolit l'esclavage et adopta une série de réformes pour intégrer les lois foncières locales et russes l'administration et la jurisprudence locales en en raison de l'accroissement de la production agricole des kazakhs l'état abandonna son droit de propriété sur les terres agricoles laissant l'agriculteur détenteur de ses terres ne restèrent plus dans le domaine public que les forêts les rivières et les terres non cultivées sur le territoire du turkestan la plupart des terres fertiles furent retirées de la distribution car classées comme noncultivées et représentaient le fonds agricole pour les colons russeschangement d'attitude des autorités envers l'islam l'islamisation du nord du kazakhstan a été menée par les tatars de kazan qui la plupart du temps étaient favorables à une pleine intégration des musulmans russes dans la vie sociopolitique économique et culturelle de l'empire russe dans le sud du kazakhstan cependant l'islamisation a été portée par des missionnaires du khanat de kokand et d'autres régions d'asie centrale favorables à un islam traditionnel et fondamentalement antirusses dans les années les courants panislamistes et panturcs ont commencé à se répandre parmi les kazakhs comme chez d'autres peuples musulmans de l'empire russe les autorités russes virent dans le panislamisme et le panturquisme une menace pour l'intégrité territoriale de l'empire et instaurèrent une politique plus rigide à l'égard de l'islamémergence d'une élite intellectuelle kazakhe afin de former les cadres locaux l'administration coloniale russe avait créé un réseau d'écoles russokazakhes un certain nombre de kazakhs diplômés de ces écoles eurent la possibilité de poursuivre leurs études dans les lycées d'orenbourg d'omsk et de semipalatinsk parmi ces premiers représentants de l'élite intellectuelle kazakhe laïque on trouve tchokhan valikhanov et abaï kounanbaïoulydéveloppement socioéconomique durant la seconde moitié du les steppes kazakhes étaient devenues une province semblable à toutes les autres provinces de l'empire russe à l'exception des kazakhs nobles qui prenaient part à la politique russe et de la hiérarchie militaire les kazakhs étaient classés dans la catégorie des allogènes et détenaient des droits politiques et civiques limités du point de vue économique la fin du est marquée par l'apparition d'industries minières houille pétrole et par la construction du transsibérien reliant omsk et orenbourg et améliorant par là la communication du kazakhstan avec la russie occidentalele kazakhstan pendant la première guerre mondiale bien que le chef spirituel des musulmans sunnites ait été ottoman l'entrée de l'empire ottoman dans la première guerre mondiale contre la russie n'a pas causé de troubles parmi les musulmans cependant à mesure que la guerre s'éternisait l'affaiblissement de la croissance et la fatigue engendrèrent une augmentation des tensions sociales dans toute la russie y compris parmi les musulmans le le tsar nicolas ii publia un décret obligeant un demimillion de musulmans d'asie centrale à participer aux travaux d'arrièrefront des manifestations antigouvernementales éclatèrent alors en asie centraleces émeutes ont été réprimées vers environ trois mille rebelles furent jugés et jetés en prison furent condamnés à mort mais une partie d'entre eux réussit à se cacher dans les steppes et les montagnes ou à fuir en chinela révolution de février ranima la vie politique au kazakhstan lors de la première conférence de tous les kirghizes à orenbourg en l'autonomie d'alash fut créée qui devait lutter pour l'indépendance du kazakhstan de la russiesources histoire de l'orient tomes tome iv l'orient à l'époque moderne fin du début du livres et moscou édition littérature orientale de l'académie des sciences de russie référencesliens la politique de l'empire russe sur les steppes durant la seconde moitié du dans l'historiographie soviétiquecatégoriehistoire du kazakhstancatégorieempire russe
Temps présent (hebdomadaire de presse écrite)
Temps présent est un hebdomadaire français d’inspiration chrétienne paru de 1937 à 1940 puis de 1944 à 1947. Histoire Fondé en novembre 1937 par Stanislas Fumet et financé par les soins d'Ella Sauvageot, Temps présent reprend l'héritage de Sept, un hebdomadaire créé en 1934 par les éditions dominicaines du Cerf et sabordé par sa hiérarchie en août 1937. En 1938, il englobe La Vie catholique, fondée en 1924 par Francisque Gay. Il cesse une première fois sa publication le 1940, reparaît en zone libre sous le nom Temps nouveau le 1940, cesse sa parution le 1941 pour cause d’interdiction et reparaît sous le nom Temps présent le 1944. Il s’arrête définitivement en 1947 par manque de lecteurs et en raison de la concurrence de La Vie catholique illustrée. Collaborateurs vignette|Charles de Gaulle est membre du mouvement Les Amis de Temps présent. Temps présent compta parmi ses collaborateurs : François Mauriac, Augustin-Jean Maydieu, Gabriel Marcel, Charles Du Bos, Louis Massignon, Georges Cattaui (filleul de Stanislas Fumet), Maurice Schumann et Paul Bacon (futurs membres du MRP), Gaston Tessier (secrétaire général de la CFTC depuis les origines en 1919), Étienne Borne, Andre Fontaine, Pierre-Henri Simon, Henri Petiot (alias Daniel-Rops), Jacques Maritain, Louis Terrenoire, sans oublier les signatures également prestigieuses de Karl Barth, Georges Bernanos, Emmanuel Mounier, Maxence Van der Meersch, Louis Gillet, Claude Bourdet, Henri Guillemin, François Perroux, Henri Pourrat, Boris de Schloezer, André Thérive, Joseph Malègue, Henri Ghéon. Abonné à cet hebdomadaire (comme il l'a été à Sept), Charles de Gaulle est également membre de la société qui le soutient Les Amis de Temps présent. En juin 1940, l'hebdomadaire salue la nomination de de Gaulle au poste de sous-secrétaire d'État à la guerre dans le dernier gouvernement de Paul Reynaud et titre la nouvelle par les mots Les Amis de Temps présent à l’honneur. Les Amis de Temps présent est le seul mouvement auquel Charles de Gaulle a adhéré avant-guerre ; à cette époque, la société est . Notes et références Articles liés Catholiques réformateurs Temps présent Temps présent Temps présent
temps présent est un hebdomadaire français d'inspiration chrétienne paru de à puis de à histoire fondé en novembre par stanislas fumet et financé par les soins d'ella sauvageot temps présent reprend l'héritage de sept un hebdomadaire créé en par les éditions dominicaines du cerf et sabordé par sa hiérarchie en août en il englobe la vie catholique fondée en par francisque gay il cesse une première fois sa publication le reparaît en zone libre sous le nom temps nouveau le cesse sa parution le pour cause d'interdiction et reparaît sous le nom temps présent le il s'arrête définitivement en par manque de lecteurs et en raison de la concurrence de la vie catholique illustréecollaborateurs vignettecharles de gaulle est membre du mouvement les amis de temps présenttemps présent compta parmi ses collaborateurs françois mauriac augustinjean maydieu gabriel marcel charles du bos louis massignon georges cattaui filleul de stanislas fumet maurice schumann et paul bacon futurs membres du mrp gaston tessier secrétaire général de la cftc depuis les origines en étienne borne andre fontaine pierrehenri simon henri petiot alias danielrops jacques maritain louis terrenoire sans oublier les signatures également prestigieuses de karl barth georges bernanos emmanuel mounier maxence van der meersch louis gillet claude bourdet henri guillemin françois perroux henri pourrat boris de schloezer andré thérive joseph malègue henri ghéonabonné à cet hebdomadaire comme il l'a été à sept charles de gaulle est également membre de la société qui le soutient les amis de temps présent en juin l'hebdomadaire salue la nomination de de gaulle au poste de soussecrétaire d'état à la guerre dans le dernier gouvernement de paul reynaud et titre la nouvelle par les mots les amis de temps présent à l'honneur les amis de temps présent est le seul mouvement auquel charles de gaulle a adhéré avantguerre à cette époque la société est notes et référencesarticles liéscatholiques réformateurstemps présenttemps présenttemps présent
François de Susbielle
François, baron de Susbielle (, Saint-Pierre - , Monaco), est un officier général français. Biographie Fils d'un huissier au siège de l'amirauté du Fort Saint-Pierre, il s'engage le et passe successivement lieutenant en 1798, capitaine en 1800, chef de bataillon en 1807 et major en 1811. Colonel le , il commande le d'infanterie en 1813, puis la Légion de Vaucluse de 1816 à 1823. C'est durant cette période qu'il prend en chasse l'aubergiste Claude Tabaret 52 ans sous le coup d'une inculpation pour avoir participé à la conspiration de Grenoble. Une plaque commémorative rappelle l'accrochage hameau des Mouraux à Saint-Hilaire-du-Rosier. (JOURNAL DU PALAIS - Jurisprudence Française - Tome XV - 1819- - page 199) Il est promu maréchal de camp le . Il commande la à Cadix et à Madrid. Il reçoit du roi Louis XVIII le titre de baron héréditaire par lettres patentes du . Il est le père du général Bernard de Susbielle et le grand-père du général Adolphe Roger de Susbielle. Notes et références Sources Henry Dumolard, Autour de Stendhal: Stendhal et la politique.--Un personnage de Lucien Leuwen: le véritable docteur du Poirier.--En marge de Le rouge et le noir: a) Mgr de Besançon et son grand vicaire; b) Le paysan tué sur un toit. (D'après des documents inédits), 1932 Catégorie:Naissance en octobre 1779 Catégorie:Décès en juillet 1841 Catégorie:Général français du XIXe siècle Catégorie:Commandeur de la Légion d'honneur Catégorie:Chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis Catégorie:Baron français du XIXe siècle Catégorie:Décès à 61 ans
françois baron de susbielle saintpierre monaco est un officier général françaisbiographie fils d'un huissier au siège de l'amirauté du fort saintpierre il s'engage le et passe successivement lieutenant en capitaine en chef de bataillon en et major en colonel le il commande le d'infanterie en puis la légion de vaucluse de à c'est durant cette période qu'il prend en chasse l'aubergiste claude tabaret ans sous le coup d'une inculpation pour avoir participé à la conspiration de grenobleune plaque commémorative rappelle l'accrochage hameau des mouraux à sainthilairedurosierjournal du palais jurisprudence française tome xv page il est promu maréchal de camp le il commande la à cadix et à madridil reçoit du roi louis xviii le titre de baron héréditaire par lettres patentes du il est le père du général bernard de susbielle et le grandpère du général adolphe roger de susbiellenotes et référencessources henry dumolard autour de stendhal stendhal et la politiqueun personnage de lucien leuwen le véritable docteur du poirieren marge de le rouge et le noir a mgr de besançon et son grand vicaire b le paysan tué sur un toit d'après des documents inédits catégorienaissance en octobre catégoriedécès en juillet catégoriegénéral français du xixe sièclecatégoriecommandeur de la légion d'honneurcatégoriechevalier de l'ordre royal et militaire de saintlouiscatégoriebaron français du xixe sièclecatégoriedécès à ans
Donato (Italie)
Donato est une commune de moins de 1000 habitants, située dans la province de Biella dans le Piémont en Italie. Administration Hameaux località: Ceresito, Casale, Lace; groupes de maisons (nuclei): Bosa, Grangia, Sacco, Ban, Molino, Losana, Ruscello, Praie, Pralungo, Raviale, Poneira, Montino, Serra, Cugnello, Roncasso, Piazzo, Faipian Communes limitrophes Andrate, Chiaverano, Graglia, Mongrando, Netro, Sala Biellese, Settimo Vittone Personnalités liées à Donato Walter Fillak] (1920-1945), résistant Notes et références Catégorie:Commune dans la province de Biella
donato est une commune de moins de habitants située dans la province de biella dans le piémont en italieadministrationhameaux località ceresito casale lace groupes de maisons nuclei bosa grangia sacco ban molino losana ruscello praie pralungo raviale poneira montino serra cugnello roncasso piazzo faipiancommunes limitrophes andrate chiaverano graglia mongrando netro sala biellese settimo vittonepersonnalités liées à donato walter fillak résistantnotes et références catégoriecommune dans la province de biella
Château du Marché
Le château du Marché est situé à Châlons-en-Champagne, il passe au-dessus du Nau. Il y est sur un pont au . Historique Le pont est fortifié, il faisait partie des remparts de la ville. il enjambait le Nau à son entrée dans la ville et fut reconstruit en 1602 sur l'ordre du vidame Philippe de Thomassin. Il est aussi connu sous le nom de château du marché, à cause de la proximité de la place du marché ou sous celui de pont des archers, à cause de la maréchaussée qui y logeait ses chevaux mais aussi comme Caisse d'Épargne à cause de sa face sur place qui a abrité la banque. Il est fort différent selon la face regardée. Le bâtiment, intégrant l'ancienne face extérieure du pont fortifié sur le sud et le Jard, a été réalisé selon les plans d'Alexis Vagny, architecte de la ville, en 1869-1870. La tourelle sur le jardin fut surélevée à cette occasion. En 1897, on y a adjoint deux pavillons latéraux réalisés selon les plans de l'architecte Paul George. Au cours des années 1980, la caisse d'épargne fut remplacée par la Caisse des dépôts et consignations. Le pont est inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel. Galerie de photographies Notes et références Bibliographie Jean-Paul Barbier, Rues et lieux de Chalons-en-Champagne, éd. Dominique Guéniot, 2007, P38. Catégorie:Pont dans la Marne Catégorie:Château dans la Marne Nau Nau Catégorie:Châlons-en-Champagne Catégorie:Pont à Châlons-en-Champagne Catégorie:Monument historique à Châlons-en-Champagne
le château du marché est situé à châlonsenchampagne il passe audessus du nau il y est sur un pont au historiquele pont est fortifié il faisait partie des remparts de la ville il enjambait le nau à son entrée dans la ville et fut reconstruit en sur l'ordre du vidame philippe de thomassin il est aussi connu sous le nom de château du marché à cause de la proximité de la place du marché ou sous celui de pont des archers à cause de la maréchaussée qui y logeait ses chevaux mais aussi comme caisse d'épargne à cause de sa face sur place qui a abrité la banqueil est fort différent selon la face regardée le bâtiment intégrant l'ancienne face extérieure du pont fortifié sur le sud et le jard a été réalisé selon les plans d'alexis vagny architecte de la ville en la tourelle sur le jardin fut surélevée à cette occasion en on y a adjoint deux pavillons latéraux réalisés selon les plans de l'architecte paul george au cours des années la caisse d'épargne fut remplacée par la caisse des dépôts et consignationsle pont est inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturelgalerie de photographiesnotes et référencesbibliographiejeanpaul barbier rues et lieux de chalonsenchampagne éd dominique guéniot pcatégoriepont dans la marnecatégoriechâteau dans la marnenaunaucatégoriechâlonsenchampagnecatégoriepont à châlonsenchampagnecatégoriemonument historique à châlonsenchampagne
Saison 5 de Hero Corp
Cet article présente le guide des épisodes de la cinquième et dernière saison de la série télévisée française . Distribution Acteurs principaux Simon Astier : John « Bouclier Man » Étienne Fague : Mique « Réception » Gérard Darier : Stève « Brasier » Agnès Boury : Mary « Renaissance » Sébastien Lalanne : Doug « Sérum » François Podetti : Burt « Acid Man » Arnaud Joyet : Stan « Mental » Arnaud Tsamere : Karin « Captain Sports Extrêmes » François Frapier : Kyle Antoine Cholet : Duco Alban Lenoir : Klaus, « Force Mustang » Philippe Noël : Cécil, « Captain Transformation » Acteurs récurrents et invités Pascal Elso : Nacheem (épisodes 1 à 3) Marie-Ève Perron : Kelly (épisodes 1 à 3) Julien Josselin : Jean (épisode 1) Jonathan Cohen : Julien crocodile (épisodes 1 et 2) Josée Drevon : Mégane (épisodes 1 et 2) François Briault (épisode 1) Julien Schmidt (épisode 1) Laura Balasuriya : reporter (épisode 1) Cédric Chevalme : Goliath (épisodes 2 et 3) Nicolas Berno (épisode 2) Stéphanette Martelet : Miss Moore (épisode 2) Aurore Pourteyron : Jennifer (épisode 2) Émilie Arthapignet : Éléna (épisodes 2 et 3) Jennie-Anne Walker : Claudine (épisodes 2 et 3) Antoine Gouy : Calvin (épisodes 2 et 3) Hubert Saint-Macary : Matthew Hoodwink (épisode 3) Franck Beckmann : Le chef du village (épisode 3) Épisodes Épisode 1 Épisode 2 Épisode 3 Épisode 4 Épisode 5 Épisode 6 Épisode 7 Épisode 8 Références 5
cet article présente le guide des épisodes de la cinquième et dernière saison de la série télévisée française distributionacteurs principaux simon astier john bouclier man étienne fague mique réception gérard darier stève brasier agnès boury mary renaissance sébastien lalanne doug sérum françois podetti burt acid man arnaud joyet stan mental arnaud tsamere karin captain sports extrêmes françois frapier kyle antoine cholet duco alban lenoir klaus force mustang philippe noël cécil captain transformation acteurs récurrents et invités pascal elso nacheem épisodes à marieève perron kelly épisodes à julien josselin jean épisode jonathan cohen julien crocodile épisodes et josée drevon mégane épisodes et françois briault épisode julien schmidt épisode laura balasuriya reporter épisode cédric chevalme goliath épisodes et nicolas berno épisode stéphanette martelet miss moore épisode aurore pourteyron jennifer épisode émilie arthapignet éléna épisodes et jennieanne walker claudine épisodes et antoine gouy calvin épisodes et hubert saintmacary matthew hoodwink épisode franck beckmann le chef du village épisode épisodesépisode épisode épisode épisode épisode épisode épisode épisode références
CFD Réseau de la Manche
Le Réseau de la Manche de la compagnie de chemins de fer départementaux (CFD), comprend deux lignes construites à voie normale. Il est situé dans le département de la Manche. Il a été mis en service en 1886 et fermé entre 1948 et 1950. En 1926, l'exploitation est abandonnée par les CFD au profit de la Compagnie des tramways normands (TN) qui deviendront Compagnie des Chemins de fer Normands (CFN) après 1928. Les Lignes Il comprenait les lignes suivantes: Barfleur - Saint-Vaast-la-Hougue - Saint-Martin-d'Audouville - Valognes, (34km) ouverture 1886 Saint-Martin-d'Audouville - Montebourg, (8km) ouverture 1886 (embranchement) La gare de Saint-Vaast-la-Hougue était en cul-de-sac, elle comprenait le dépôt et les ateliers Gares de jonctions Gare de Barfleur avec les chemins de fer de la Manche Gare de Valognes avec les chemins de fer de l'État Gare de Montebourg avec les chemins de fer de l'État Matériel roulant Locomotives N° 1 à 3, type 030T construites par Schneider en 1884 (n°2281 à 2283) N° 4 et 5, type 030T construites par Schneider en 1885 (n°2370 et 2488) Notes et références Bibliographie Michel Harouy, Le Val de Saire au temps du Tue-Vâques, éditions Cheminements, 2004 Articles connexes Ligne de Valognes Montebourg à Saint-Vaast et à Barfleur ** **
le réseau de la manche de la compagnie de chemins de fer départementaux cfd comprend deux lignes construites à voie normale il est situé dans le département de la manche il a été mis en service en et fermé entre et en l'exploitation est abandonnée par les cfd au profit de la compagnie des tramways normands tn qui deviendront compagnie des chemins de fer normands cfn après les lignes il comprenait les lignes suivantes barfleur saintvaastlahougue saintmartind'audouville valognes km ouverture saintmartind'audouville montebourg km ouverture embranchementla gare de saintvaastlahougue était en culdesac elle comprenait le dépôt et les ateliersgares de jonctions gare de barfleur avec les chemins de fer de la manche gare de valognes avec les chemins de fer de l'état gare de montebourg avec les chemins de fer de l'étatmatériel roulant locomotives n à type t construites par schneider en n à n et type t construites par schneider en n et notes et référencesbibliographie michel harouy le val de saire au temps du tuevâques éditions cheminements articles connexes ligne de valognes montebourg à saintvaast et à barfleur
Chapelle Saint-Joseph
Il existe de nombreux édifices religieux appelés chapelle Saint-Joseph, dont : Chapelle Saint-Joseph à Allevard, dans l'Isère Chapelle Saint-Joseph à Caluire-et-Cuire, dans le Rhône Chapelle Saint-Joseph à Gars, dans les Alpes-Maritimes Chapelle Saint-Joseph à Langourla, dans les Côtes-d'Armor Chapelle Saint-Joseph à Livry-Gargan, dans la Seine-Saint-Denis Chapelle Saint-Joseph-de-Cluny, dans le de Paris Chapelle Saint-Joseph à Marignane, dans les Bouches-du-Rhône Chapelle Saint-Joseph à Birżebbuġa
il existe de nombreux édifices religieux appelés chapelle saintjoseph dont chapelle saintjoseph à allevard dans l'isère chapelle saintjoseph à caluireetcuire dans le rhône chapelle saintjoseph à gars dans les alpesmaritimes chapelle saintjoseph à langourla dans les côtesd'armor chapelle saintjoseph à livrygargan dans la seinesaintdenis chapelle saintjosephdecluny dans le de paris chapelle saintjoseph à marignane dans les bouchesdurhônechapelle saintjoseph à birebbua
NGC 4555
NGC 4555 est une galaxie elliptique solitaire d' d'envergure et située à environ d'années-lumière de la Terre dans la constellation de la Chevelure de Bérénice. Des observations faite par l'observatoire à rayons X Chandra ont montré qu'elle est entourée d'un halo galactique de gaz chaud d'environ de diamètre. Notes et références Voir aussi Articles connexes Liste des objets du NGC Liens externes NGC 4555 sur spider.seds.org NGC 4555 sur WikiSky 4555 Catégorie:Constellation de la Chevelure de Bérénice Catégorie:Galaxie elliptique
ngc est une galaxie elliptique solitaire d' d'envergure et située à environ d'annéeslumière de la terre dans la constellation de la chevelure de bérénicedes observations faite par l'observatoire à rayons x chandra ont montré qu'elle est entourée d'un halo galactique de gaz chaud d'environ de diamètrenotes et référencesvoir aussiarticles connexes liste des objets du ngcliens externes ngc sur spidersedsorgngc sur wikiskycatégorieconstellation de la chevelure de bérénicecatégoriegalaxie elliptique
Maison Turpin-Laval
La Maison Turpin-Laval est une maison de la noblesse française. Membres Gui Turpin de Laval (vers 1390-?), seigneur de Gâvre, d'Orcheghem et Morhem, second époux d’Anne de Laval (chef de la Maison Turpin-Laval) François Turpin de Laval (1462-1503), baron de Châteaubriand et de Derval, seigneur de Gâvre, comte d'Orcheghem et Morhem, époux de Françoise de Rieux (fils de Gui Turpin de Laval) Pierre Turpin de Laval (?-1475), seigneur de Montafilant, fils du précédent Jacques Turpin de Laval (?-1502), seigneur de Beaumanoir (fils de Gui Turpin de Laval) Catégorie:Noblesse française
la maison turpinlaval est une maison de la noblesse françaisemembres gui turpin de laval vers seigneur de gâvre d'orcheghem et morhem second époux d'anne de laval chef de la maison turpinlaval françois turpin de laval baron de châteaubriand et de derval seigneur de gâvre comte d'orcheghem et morhem époux de françoise de rieux fils de gui turpin de laval pierre turpin de laval seigneur de montafilant fils du précédent jacques turpin de laval seigneur de beaumanoir fils de gui turpin de lavalcatégorienoblesse française
Juillet 1784
Événements : convention de Versailles. Saint-Barthélemy, aux Antilles, devient suédoise (fin en 1877). Naissances 22 juillet : Friedrich Wilhelm Bessel, astronome et mathématicien allemand († ). 23 juillet : Bagyidaw, roi de Birmanie († ). 25 juillet : Bernard Sénéquier, peintre et sculpteur français († ). Richard William Howard Vyse, militaire et anthropologue britannique († ). 27 juillet : George Onslow, compositeur français († ). Décès 7 juillet : Torbern Olof Bergman (né en 1735), chimiste suédois (° ). 31 juillet : Denis Diderot, écrivain, philosophe et encyclopédiste français (° ). Notes et références
événements convention de versailles saintbarthélemy aux antilles devient suédoise fin en naissances juillet friedrich wilhelm bessel astronome et mathématicien allemand juillet bagyidaw roi de birmanie juillet bernard sénéquier peintre et sculpteur français richard william howard vyse militaire et anthropologue britannique juillet george onslow compositeur français décès juillet torbern olof bergman né en chimiste suédois juillet denis diderot écrivain philosophe et encyclopédiste français notes et références
README.md exists but content is empty. Use the Edit dataset card button to edit it.
Downloads last month
155
Edit dataset card